BFMTV

"Fuck le 17": le patron de la police juge "écoeurant" le nouveau clip du groupe de rap 13 Block

Le secrétaire d'État à l'Intérieur a vivement critiqué un clip de rap anti-police du groupe 13 Block.

Le secrétaire d'État à l'Intérieur a vivement critiqué un clip de rap anti-police du groupe 13 Block. - Capture Youtube @13 Block

Face aux propos ouvertement anti-police dans la dernière chanson du groupe de rap 13 Block, le directeur général de la police nationale a assuré qu'il "ferait le nécessaire" pour qu'ils ne restent pas impunis.

"Ecoeurant." C’est ainsi que le directeur général de la police nationale a qualifié ce samedi le nouveau clip du groupe de rap français 13 Block. Pour illustrer leur chanson intitulée Fuck le 17, les rappeurs originaires de Sevran en Seine-Saint-Denis, se montrent armes à la main, narguant des membres des forces de l’ordre en multipliant les doigts d'honneur.

Cette vidéo, mise en ligne vendredi sur Youtube et visionnée plus de 200.000, a suscité une vague d’indignation, notamment dans les rangs de la police. Eric Morvan dénonce un "clip écœurant" qui attise la "haine anti-flic" et fait la "promotion des trafics mortifères et d’un machisme pitoyable".

"La justice en sera saisie"

Dans la chanson Fuck le 17, en référence au numéro d’urgence pour joindre la police, le groupe de rap joue la provocation avec des paroles sans équivoque: "Nique la police (…) Charbonneur non-stop, confronté aux forces de l’ordre, nos journées font leurs salaires (…) Fuck le 17".

Offusqué, le directeur général de la police nationale prévient, acerbe: "Il n’existe pas de délit pour la bêtise, mais pour le reste, je ferai le nécessaire."

Une résolution soutenue par le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nunez qui a assuré que la justice serait saisie. "Insulter et outrager les policiers est inadmissible."

Déjà sorti au printemps, le morceau Fuck le 17 est le titre phare du premier album de 13 Block. Dans le clip, les paroles ont été édulcorées par rapport à la version qui figure sur l'album. Les rappeurs ont notamment coupé les phrases "mort aux porcs", ainsi que "je rêve de plusieurs corps de policiers".

AL avec AFP