BFMTV

Football: Domenech demande réparation pour licenciement abusif

L'ancien sélectionneur de l'équipe de France de football Raymond Domenech, limogé pour faute grave par la fédération après le fiasco du Mondial sud-africain, a saisi la justice pour demander 2,9 millions d'euros pour licenciement abusif. /Photo prise le 2

L'ancien sélectionneur de l'équipe de France de football Raymond Domenech, limogé pour faute grave par la fédération après le fiasco du Mondial sud-africain, a saisi la justice pour demander 2,9 millions d'euros pour licenciement abusif. /Photo prise le 2 - -

PARIS (Reuters) - L'ancien sélectionneur de l'équipe de France de football Raymond Domenech, limogé pour faute grave par la fédération après le...

PARIS (Reuters) - L'ancien sélectionneur de l'équipe de France de football Raymond Domenech, limogé pour faute grave par la fédération après le fiasco du Mondial sud-africain, a saisi la justice pour demander 2,9 millions d'euros pour licenciement abusif.

Son avocat a évoqué mercredi un préjudice professionnel et familial ainsi que ses 17 années d'ancienneté à la Fédération française de football (FFF) pour justifier la démarche engagée au conseil des prud'hommes.

"Mon client n'a aucune acrimonie, aucune animosité, aucune haine. Il souhaite juste faire valoir ses droits et surtout ne pas être la victime expiatoire d'une crise collective", a dit Me Jean-Yves Connesson sur Europe 1.

"Il n'est pas en dessous, ni au-dessus des lois, il veut juste faire respecter le code du travail et percevoir les indemnités qui lui sont dues", a-t-il ajouté.

Raymond Domenech, a-t-il précisé, demande 400.000 euros au titre d'arriérés de salaires et 2,5 millions d'euros, soit trois ans de son ancien salaire, au titre de son supposé préjudice.

Dans un communiqué, le président de la FFF, Fernand Duchaussoy, a dit "prendre acte" de la décision de Raymond Domenech de porter l'affaire devant les prud'hommes.

"C'est une suite normale de la procédure intentée par la Fédération, qui ne surprend pas celle-ci", déclare-t-il. Il juge en revanche "extravagant" le montant des indemnisations demandées par l'ancien coach des Bleus et estime qu'il s'agit d'"une provocation de plus de la part de l'intéressé".

TENTATIVE DE CONCILIATION

Les prud'hommes de Paris, juridiction composée de représentants des syndicats et des employeurs chargée de trancher les conflits du travail, tentera d'abord une conciliation, avant une audience contradictoire s'il n'y a pas d'issue négociée.

Après six ans à la tête de l'équipe nationale et une finale de Coupe du monde en 2006, Raymond Domenech avait quitté son poste de sélectionneur, arrivé à échéance. Il aurait pu continuer à travailler pour la direction technique nationale (DTN) mais la fédération l'a licencié pour "faute grave".

Elle avait notamment évoqué le fait que l'entraîneur ait lui-même lu à la presse le 20 juin, lors du Mondial en Afrique du Sud, une lettre rédigée par les joueurs de l'équipe nationale justifiant leur grève de l'entraînement.

Le refus de Raymond Domenech de serrer la main de l'entraîneur de l'équipe d'Afrique du Sud après le dernier match du Mondial était aussi évoqué comme motif de licenciement.

La grève de l'entraînement, provoquée par l'éviction du groupe de l'attaquant Nicolas Anelka, qui avait injurié Raymond Domenech dans le vestiaire à la mi-temps d'un match, avait fait scandale en France, et ailleurs, et provoqué la convocation des dirigeants fédéraux à l'Assemblée nationale.

L'équipe de France a été éliminée au premier tour après un match nul contre l'Uruguay puis deux défaites face au Mexique (0-2) et à l'Afrique du sud (1-2).

Raymond Domenech a été remplacé par Laurent Blanc, ancien défenseur de l'équipe championne du monde en 1998. L'équipe de France a remporté avec lui trois de ses quatre premiers matches pour les éliminatoires de l'Euro 2012.

Thierry Lévêque et Pascal Liétout, édité par Yves Clarisse et Gilles Trequesser