BFMTV

Fleury-Mérogis: 10 détenus islamistes dispersés pour éviter une propagation

-

- - Miguel Medina - AFP

Tout en niant que ces détenus avaient établi un projet précis de mutinerie, l'administration pénitentiaire admet que le scénario inquiète.

Selon une information du JDD, la situation se tend à la prison de Fleury-Mérogis où est incarcéré Salah Abdeslam, seul survivant du groupe terroriste qui a attaqué Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. Selon l'hebdomadaire, l'administration pénitentiaire a identifié une "tentative de structuration en réseau" au sein de la prison francilienne, avant d'y apporter une solution. 

10 détenus déplacés

En plein mois de juillet, la direction de la prison explique avoir "décidé de les déplacer dans d'autres établissements". En cause: dix détenus condamnés pour leurs liens avec l'islam radical, et accusés d'essayer de s'organiser en réseau au sein de l'établissement.

Tout en niant que ces détenus avaient établi un projet précis de mutinerie, l'administration pénitentiaire admet que le scénario inquiète. Auprès du JDD, un membre de l'administration reconnaît que "c'est très dur au quotidien avec certains" et évoque "une menace de l'intérieur comme de l'extérieur". Les dix détenus concernés ont été dispersés dans plusieurs prisons d'Île-de-France. La direction de la prison précise toutefois qu'ils n'avaient aucun contact avec Salah Abdeslam. "Aucun contact n'est possible avec lui" assure-t-on auprès du journal. 

P.A.