BFMTV

Fille aspergée d’essence par son père: « Je l’aime encore malgré tout »

-

- - -

EXCLUSIF - Un père de 49 ans a tenté d'immoler par le feu sa fille samedi à Paris. Interpellé par les policiers, il a expliqué qu’elle était trop émancipée et qu’il ne supportait pas qu'elle ait un petit ami juif. Sa fille, Naïma, raconte son calvaire en exclusivité pour RMC.

Pour réagir à cette actu sur RMC TALK, cliquez ICI.

Elle a échappé de justesse à une agression d’une rare violence. Samedi dernier à Paris, Naïma a été aspergée d’essence par son père, après une dispute, avant qu’il ne tente d’allumer un briquet pour l’enflammer. La jeune fille a été sauvée par des jeunes témoins de l'agression. L'homme a été interpellé dimanche à son domicile. Selon les premiers éléments de l'enquête, le père, de confession musulmane, « ne supportait pas la relation que sa fille de 23 ans avait avec un jeune homme de confession juive ».

«Il ne supportait pas que je sois libre, émancipée»

 « Je suis choquée, triste et blessée » raconte en exclusivité sur RMC Naïma. « Je n’aurais jamais pensé qu’il puisse faire un tel geste. Ça me fait mal cette histoire, et ça me fait du mal aussi qu’il soit arrêtée. (…) C’est sûr que mon père n’appréciait pas que je sorte avec quelqu’un de confession juive, mais ce n’est pas la raison première de notre dispute. En fait il ne supportait pas que je sois libre, que je sorte seule et que je sois une fille assez ouverte d’esprit. Je m’habille comme je veux, je me maquille. Mon père n’est pas d’accord avec ça, il dit que c’est une question de respect pour les autres musulmans ».

«Il a voulu me marier de force en Tunisie»

« Selon lui, à 23 ans, je devrais être mariée. D’ailleurs cet été, lors de mes vacances en Tunisie, il a voulu me marier de force. J’ai refusé et je suis resté bloquée pendant 6 mois là-bas. Mon père m’a confisqué mes papiers. Il m’a dit que j’étais en train de gâcher ma vie, que je ne réalisais pas que ce mariage était une grande opportunité pour moi. J'ai réussi à rentrer en France après lui avoir promis de lui obéir, d'être gentille, de baisser la tête ».
Malgré cela, et malgré la violence de l’agression, Naïma l’assure, elle aime encore son père : « Oui je l’aime malgré tout. Même si son geste est impardonnable, ça restera toujours mon père ».

Pour réagir à cette actu sur RMC TALK, cliquez ICI.

La Rédaction et Benjamin Smadja