BFMTV

Fessenheim 2, bon pour le service jusqu'en 2017, dit l'ASN

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclaré lundi que le réacteur n°2 de Fessenheim (Haut-Rhin) était autorisé à fonctionner jusqu'en 2017 à condition qu'EDF réalise des travaux pour améliorer sa sûreté. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclaré lundi que le réacteur n°2 de Fessenheim (Haut-Rhin) était autorisé à fonctionner jusqu'en 2017 à condition qu'EDF réalise des travaux pour améliorer sa sûreté. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler - -

Le réacteur n°2 de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, est autorisé à fonctionner jusqu'en 2017, à condition qu'EDF réalise des travaux pour assurer la sûreté du lieux. Fessenheim, dont François Hollande a promis la fermeture en 2016, est la plus vieille centrale nucléaire française.

Le réacteur n°2 de Fessenheim (Haut-Rhin) est autorisé à fonctionner jusqu'en 2017 à condition qu'EDF réalise des travaux pour améliorer sa sûreté, a indiqué lundi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans un communiqué. L'ASN impose à EDF de réaliser avant le 31 décembre 2013 un renforcement du radier et la mise en place d'une source de refroidissement de secours, comme elle l'avait fait pour le réacteur n°1 en juillet 2011. « D'une manière générale, la conception identique des deux réacteurs situés sur le même site a conduit à imposer au réacteur n°2 des prescriptions semblables à celles du réacteur n°1 », dit l'ASN dans son communiqué, précisant que des prescriptions spécifiques ont également été réclamées. « Ayant fixé ces prescriptions, l'ASN n'a pas d'objection à la poursuite de l'exploitation du réacteur n°2 de la centrale de Fessenheim au-delà de son troisième réexamen décennal », ajoute l'ASN, dont l'inspection a duré près d'un an.

Un réacteur de près de 40 ans

Fessenheim 2, qui aura 40 ans en 2017, est le quatrième réacteur dont l'ASN autorise l'exploitation après 30 ans. Le gendarme du nucléaire dira en 2015 s'il compte accepter le principe d'une exploitation après 40 ans en France. Les travaux sur le réacteur n°1 avaient été estimés à environ 20 millions d'euros. EDF n'était pas joignable dans l'immédiat pour estimer le coût de cette deuxième série de travaux.
François Hollande s'est engagé à fermer d'ici fin 2016 la centrale de Fessenheim, la plus vieille du parc français, en raison notamment de sa situation en zone sismique et inondable. Des organisations anti-nucléaires réclament que les travaux sur la centrale de Fessenheim, entamés sur le réacteur n°1, soient abandonnés par l'électricien. Un jour de production représente un manque à gagner de l'ordre d'un million d'euros par réacteur et la fermeture de Fessenheim reste jusqu'à présent une « suggestion politique », notait récemment l'IRSN.

Philippe Gril avec Reuters