BFMTV

Extension de la journée de solidarité: «Pas dans les projets du gouvernement», dit Delaunay sur RMC

Si la ministre affirme que la journée de solidarité n'évoluera pas, elle y serait toutefois favorable à titre personnel.

Si la ministre affirme que la journée de solidarité n'évoluera pas, elle y serait toutefois favorable à titre personnel. - -

Sur RMC, la ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie Michèle Delaunay affirme que la journée de solidarité, ce lundi de Pentecôte, ne sera pas étendue aux professions libérales, aux artisans ou aux agriculteurs. La ministre ne serait pourtant pas opposée à l’idée.

Ce lundi, 20% environ de la population travaille pour financer le fond de solidarité pour les personnes âgées ou handicapées. L’année prochaine, les choses ne devraient pas changer, a dit ce lundi matin sur RMC Michèle Delaunay, la ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie. En effet, la journée de travail est due par de nombreux salariés, mais pas les artisans, les professions libérales ou les agriculteurs. Les autres peuvent la donner en travaillant sans être plus payés le lundi de Pentecôte, ou en donnant un jour de RTT. « Ce n’est pas dans les projets immédiats du gouvernement » d’étendre l’assiette de cotisation de cette journée de solidarité, a ainsi dit la ministre au micro de Jean-Jacques Bourdin : « Il n’y a aucune décision prise dans ce sens ». Toutefois, Michèle Delaunay ne s’y opposerait pas. « Le vieillissement est universel, la contribution pourrait l’être aussi. Le gouvernement a déjà fait un pas pour étendre cette contribution, le capital est déjà imposé, les retraités contribuent aussi », rappelle la ministre, qui affirme par ailleurs que « l’argent va en totalité aux personnes âgées et constitue 10% de la caisse nationale de solidarité ».

Mathias Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin