BFMTV

Etudiante japonaise disparue: enquête ouverte pour assassinat

L'entrée d'une résidence étudiante à Besançon  AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON

L'entrée d'une résidence étudiante à Besançon AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON - -

Le parquet de Besançon a ouvert une enquête pour assassinat, un mois après la disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki.

Pour le parquet de Besançon, il n'y a pas de doute. Narumi Kurosaki l'étudiante japonaise disparue à Besançon depuis le 4 décembre, a été assassinée. Cependant, le corps n'a pas encore été retrouvé, mais un mandat d'arrêt a été délivré contre son ancien petit ami chilien, a annoncé mardi la procureure de Besançon Edwige Roux-Morizot.

"Le suicide, la disparition volontaire, sont clairement exclus par les éléments de l'enquête et par les témoignages. Les éléments de l'enquête sont suffisamment importants pour saisir le juge d'instruction du chef d'assassinat", a expliqué la magistrate au cours d'une conférence de presse suivie par de nombreux journalistes nippons. "Narumi Kurosaki était une jeune fille pleine de vie et heureuse de sa relation avec son ami actuel", a souligné Edwige Roux-Morizot. "Plusieurs étudiants logeant au même étage (dans la résidence, ndlr) ont entendu un grand cri au cours de la nuit du 4 au 5 décembre. À partir de ce moment, aucune trace de Narumi n'a été trouvée", a-t-elle précisé

Selon l'Est Républicain, du sang "en quantité non négligeable" a été découvert près d'une sortie de secours de l'immeuble où logeait l'étudiante japonaise, sur le campus universitaire de Besançon. Toujours selon le quotidien régional, la sortie de secours se trouvait devant la chambre occupée par Narumi Kurosaki.

L'étude des caméras de surveillance a permis de démontrer que le 4 décembre, l'étudiante était rentrée accompagnée de son ancien ancien petit ami chilien. Peu de temps après, celui-ci serait ressorti seul du bâtiment.

Qualifié par la police de "dangereux" et "brillant" le jeune homme aurait fui la France et se serait réfugié au Chili, son pays natal. Un mandat d'arrêt international à été délivré.

G.D. avec AFP