BFMTV

Etouffement avec des Knacki Ball: Herta contraint de revoir ses emballages

Saucisses Knacki Ball, de la marque Herta

Saucisses Knacki Ball, de la marque Herta - Herta

La société Herta a été condamnée à verser 150.000 euros à titre de provision à la famille Tran, dont la fille Mayline s'était étouffée en 2012 après avoir mangé des Knacki Ball à l'âge de trois ans.

"L'histoire est terminée, on commence à respirer". En 2012, la jeune Mayline Tran, alors âgée de trois ans, s'étouffe en mangeant une Knacki Ball, ces petites saucisses rondes d'apéritif commercialisées par l'entreprise Herta. Malgré une récupération spectaculaire, la jeune fille, qui a fait plusieurs arrêts cardiorespiratoires avant d'être placée dans le coma, est aujourd'hui handicapée à 50%.

Ses parents viennent d'obtenir réparation: l'entreprise a en effet été condamnée à lui verser 150.000 euros à titre de provision et s'est engagée à modifier ses emballages afin de faire apparaître plus clairement les dangers de ce produit pour les enfants, rapporte Le Parisien.

Des indications trop peu claires

En 2016, le tribunal de grande instance de Paris avait jugé la société Herta "entièrement responsable des conséquences préjudiciables de l'accident de Mayline Tran". Une conclusion confirmée par la cour d'Appel de Paris qui a rendu son arrêt le 15 mai dernier, estimant que "l'emballage n'attire pas l'attention du consommateur" avec "une présentation qui n'en facilite pas la lecture".

D'après les magistrats, l'indication "ne pas donner ni laisser à la portée d'enfants de moins de quatre ans car ils risqueraient d'avaler sans mâcher" ne mentionne pas assez clairement le risque de suffocation ou d'asphyxie.

"Ce produit peut être dangereux pour les enfants de moins de quatre ans"

Contacté par Le Parisien, le PDG de l'entreprise Herta, Arnaud de Belloy, assure que la société va "tenir compte du jugement pour améliorer l'étiquetage et dramatiser l'avertissement". "Ce produit peut être dangereux pour les enfants de moins de quatre ans. Il y aura une mention directe sur le risque possible d'étouffement", promet-il, tout en exprimant sa "compassion" à l'égard de la famille Tran. 

Mélanie Rostagnat