BFMTV

La mère de l'enfant mort après avoir mangé une crêpe témoigne

Allergique aux produits laitiers, l'enfant est mort jeudi dernier après avoir mangé une crêpe lors du carnaval de son école.

Il est 16h20, jeudi dernier, lorsque la mère de Jadhen vient récupérer son enfant à l'école à Limas, dans le Rhône. Rapidement, elle constate que l'enfant ne va pas bien. Âgé de six ans, il vient de manger des crêpes lors du carnaval de son établissement, alors qu'il est allergique au lait.

"Sur la route de l'école, il n'était pas bien. Il m'a dit 'Maman, je ne me sens pas bien, j'ai envie de vomir'. Il m'a dit 'Maman, je n'en peux plus'. Je l'ai porté, j'ai croisé des gens, j'ai demandé un téléphone à des filles pour appeler les pompiers", relate sa mère, Marie-Anaëlle, à BFMTV. 

Les pompiers n'ont rien pu faire

Ces derniers n'ont pas réussi à ranimer l'enfant. L'autopsie pratiquée vendredi a confirmé qu'il est mort d'un choc anaphylactique, une réaction allergique violente et immédiate. Les parents ne comprennent pas comment l'enfant a pu consommer des crêpes contenant du lait alors que son allergie était connue de l'équipe pédagogique.

"Ça fait trois ans qu'il est dans cette école: petite section, moyenne section, tout le monde était au courant. Même les parents d'élèves étaient au courant que mon fils était allergique au lait", déplore la mère de Jadhen. 

"C'est la maîtresse qui a proposé la crêpe à l'enfant"

"Ils sont tous au courant pour l'allergie au lait de vache et ce qu'il fallait faire en cas d'urgence", affirmait déjà sur France Info samedi Fabien, le père de l'enfant, qui dénonçait une "erreur" et critiquait le "manque de jugeote" de son enseignante. D'après Le Progrès, Jadhen a accepté la crêpe notamment car il était habitué à manger des crêpes à l'eau chez lui.

Le procureur de Villefranche-sur-Saône a confirmé que le "régime alimentaire (de l'enfant) était connu" du personnel éducatif et que "c'est la maîtresse qui a proposé la crêpe à l'enfant".

L'enquête doit désormais déterminer les responsabilités personnelles dans la mort de l'enfant. L'enseignante concernée a déjà été entendue.

L.A., avec Thomas Coudert et Anne-Sophie Warmont