BFMTV

Essence : le litre de super sans plomb 95 à plus de 2 euros

-

- - -

Depuis mardi, deux stations-service de Paris affichent un super sans plomb 95 à 2,02 euros le litre. Un record dû à la flambée du pétrole et aux frais de loyer et de transport du carburant dans la capitale. « Un scandale », selon l'association de consommateurs CLCV. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Réagissez dès maintenant sur RMCTalk.fr en cliquant ICI !

2,02 euros. C'est le prix affiché par deux stations-service de Paris depuis hier mardi, affirme le site de comparaison des prix de l'essence Carbéo.com. Un sommet jamais atteint, un cap symbolique, conséquence de la flambée des cours du brut, mais aussi des frais de loyer de mise aux normes et de transport du carburant, plus élevés dans Paris intra-muros qu'ailleurs en France. 2,02 euros, c'est tout de même 30 centimes de plus que le prix pratiqué en moyenne.

« C’est un scandale ! Ils abusent… »

Pour Thierry Saniez, délégué général de l'association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), « c’est un scandale ! C’est manifestement des gens qui abusent, en se disant qu’il y aura sans doute des consommateurs qui, pour telle ou telle raison, vont acheter ce carburant à ce prix-là. Mais le consommateur doit aussi regarder la réalité des prix ; il n’a pas à aller faire son plein à cette station-essence. En Ile-de-France, il y en a beaucoup ; c’est vrai que dans Paris intra-muros il y en a moins, mais à quelques kilomètres, le sans plomb 95 sera sans doute à 30 centimes de moins ».

« C’est pas du vol ; c’est une tactique et c’est légal »

Francis Perrin, directeur de la revue Pétrole et gaz arabes, estime de son côté, que « fixer des prix tout à fait extravagants au regard des prix moyens des carburants en France, n’est pas du vol ; c’est une tactique pour essayer de gagner en terme de marge, mais ce n’est pas interdit ; il n’y a rien d’illégal dans un tel comportement, dans un système caractérisé par la liberté de fixation des prix par les producteurs et par les distributeurs ».

La Rédaction, avec Christophe Bordet