BFMTV

Encore 30.000 Français bloqués à l'étranger

Environ 40.000 Français étaient toujours bloqués à l'étranger jeudi par les perturbations du trafic aérien consécutives à l'éruption d'un volcan islandais. /Photo prise le 22 avril 2010/REUTERS/Darrin Zammit Lupi

Environ 40.000 Français étaient toujours bloqués à l'étranger jeudi par les perturbations du trafic aérien consécutives à l'éruption d'un volcan islandais. /Photo prise le 22 avril 2010/REUTERS/Darrin Zammit Lupi - -

PARIS - Environ 30.000 Français étaient toujours bloqués à l'étranger jeudi par les perturbations du trafic aérien nées de l'éruption d'un volcan...

 Le ministère des Affaires étrangères a annoncé jeudi soir une aide d'un million d'euros pour aider les Français bloqués à l'étranger à cause des perturbations du trafic aérien nées de l'éruption d'un volcan islandais.

Selon lui, environ 30.000 Français étaient toujours bloqués à l'étranger jeudi mais ce chiffre "continue de diminuer", selon le ministère de l'Ecologie et des Transports.

"Compte tenu du caractère exceptionnel de cette situation, j'ai dégagé une enveloppe d'un million d'euros qui va permettre d'aider nos compatriotes les plus démunis à faire face aux dépenses supplémentaires qu'entraîne pour eux cette prolongation forcée de leur séjour à l'étranger", explique le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, dans un communiqué.

A l'unisson avec Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau, qui pilotent la réponse française à la crise du trafic aérien depuis une semaine, il rappelle que le gouvernement a intercédé auprès des compagnies aériennes pour accélérer les rapatriements.

"Aujourd'hui, l'espace aérien français est ouvert mais de trop nombreux compatriotes demeurent toujours en attente d'une place d'avion disponible pour rentrer en France", reconnaît Bernard Kouchner.

Le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo avait un temps espéré que tous les Français seraient rentrés jeudi soir grâce à la réouverture d'une grande partie de l'espace aérien européen.

L'OUTRE-MER ET LA THAÏLANDE PRIORITAIRES

Il avait demandé aux compagnies aériennes de donner aux vols de rapatriement la priorité sur les vols commerciaux.

"Des vols supplémentaires sont d'ores et déjà planifiés pour les deux prochains jours (...) notamment vers les destinations les plus critiques", précise le ministère de l'Ecologie dans un communiqué diffusé jeudi soir.

D'autres vols supplémentaires seront programmés dans les jours qui viennent et le gouvernement réfléchit à l'affrètement d'appareils disponibles d'autres compagnies aériennes.

Afin de garantir un retour à la normale avant la fin de la semaine, le ministère de l'Ecologie évoque vingt vols supplémentaires vers l'outre-mer et la Thaïlande, où les manifestations anti-gouvernementales ont tourné à l'affrontement jeudi.

Dans un communiqué, Air France fait état de son côté d'une dizaine de vols supplémentaires vers Paris programmés jeudi, vendredi et samedi depuis les Antilles, La Réunion, Bangkok, Delhi et Pékin.

"D'autres vols supplémentaires sont en cours de programmation. Les informations et les horaires seront communiqués ultérieurement", ajoute la compagnie aérienne.

Quant au nombre de Français toujours en souffrance à l'étranger, "hier, 40 000 de nos compatriotes étaient encore bloqués à l'étranger, ce nombre continue de diminuer", se félicite le ministère de l'Ecologie.

Le communiqué fait état d'une "baisse notable" du nombre de voyageurs bloqués au Japon, en Thaïlande, en Turquie, en Israël, en Jordanie et en Amérique du Nord et promet une "situation très notablement améliorée" vendredi soir pour l'Afrique du Nord et les pays européens.

Clément Guillou et Laure Bretton, édité par Yves Clarisse