BFMTV

Elle quitte la Guadeloupe pour suivre une formation à Morlaix... annulée depuis deux mois

Vue de Morlaix, le viaduc et de vieilles maisons (image d'illustration)

Vue de Morlaix, le viaduc et de vieilles maisons (image d'illustration) - Wikimédia

"C'est une situation surréaliste", déclare la quinquagénaire, qui ne sait plus à qui s'adresser pour recevoir de l'aide.

C'est l'histoire d'une formation pour une reconversion en Bretagne, annulée sans qu'une élève venue de Guadeloupe n'en ait été prévenue. Ancienne employée de pharmacie, Fabienne Masson, 56 ans, choisit de faire une reconversion comme gouvernante en hôtellerie ou en Ehpad, rapporte Ouest-France, qui a repéré l'histoire. Elle se lance pleinement dans l'aventure et quitte alors la Guadeloupe pour Morlaix, dans le Finistère.

La formation doit commencer le 9 octobre, mais Fabienne Masson se rend sur place dès le 20 septembre, afin de connaître son nouveau cadre de vie. Elle découvre alors que son stage a été annulé depuis deux mois, faute de participants. L'ennui, c'est que l'Afpa a omis de la prévenir.

"Une situation surréaliste"

"C’est une situation surréaliste", déplore la quinquagénaire dans Ouest-France. "Je me suis retrouvée le 20 septembre avec un financement de 7.378 euros, sans formation, dans une ville où je n’ai aucune attache particulière". Pour lui permettre d'entreprendre ce stage la Région et Pôle Emploi lui ont en effet attribué une aide de 7.378 euros.

Fabienne Masson a bouleversé ses conditions de vie pour cette reconversion, et a notamment dépensé ses économies: "Je n’aurais pas déménagé, je n’aurais pas acheté de voiture" sans cette formation. Elle se dit aujourd'hui "le bec dans l'eau".

Une proposition à Créteil

L'Afpa lui a proposé trois formations de remplacement, dont deux ont déjà été annulées. La troisième est à Créteil, dans le Val-de-Marne, où un hébergement sur le campus lui est proposé, sans défraiement (environ 200 euros par mois). Or Fabienne Masson ne pense pas pouvoir aujourd'hui se le permettre: "cela aurait été possible si, dès le départ, j’avais dû aller à Créteil!".

Elle attend désormais d'autres proposition de l'Afpa.

Sa. V