BFMTV
Société

Ehpad: le directeur médical d'Orpea reconnaît que des résidents sont toujours maltraités aujourd'hui

Pierre Krolak Salmon, directeur médical du groupe Orpea, neurologue et gériatre, a reconnu que le groupe rencontrait encore des difficultés, un an après les révélations parues dans le livre Les Fossoyeurs.

Un an après les révélations sur les cas de maltraitance dans ses Ehpad, le groupe Orpea joue la carte de la transparence. Son directeur médical, Pierre Krolak-Salmon, a reconnu ce vendredi sur BFMTV que le scandale a été "salutaire" pour le groupe, sans pouvoir affirmer que les maltraitances soient de l'histoire ancienne dans leurs établissements.

"On ne peut pas dire ça", a confié le neurologue et gériatre sur notre antenne, "il manque encore beaucoup de moyens, il y a encore un surmenage des équipes et des soignants qui sont à bout".

À nouveau interrogé sur cette question, Pierre Krolak-Salmon a même confirmé que des résidents étaient encore maltraités dans des Ehpad d'Orpea: "oui, le secteur est en souffrance encore".

"Pas encore assez" de soignants pour les résidents

Le directeur médical a néanmoins précisé que "beaucoup de choses ont changé" depuis la sortie du livre Les Fossoyeurs du journaliste Victor Castanet. "Cela a d'abord été de repérer les malversations des équipes précédentes, de conduire des actions judiciaires et surtout de considérer le présent et l'avenir en remettant le projet médical au centre de la stratégie de l'entreprise", a énuméré Pierre Krolak-Salmon.

La nouvelle structure du groupe "va se donner à cœur de redonner du sens à la profession de soignants", selon son directeur médical. Il a néanmoins reconnu que le "ratio minimal d'encadrement" - de huit soignants et animateurs pour dix résidents - recommandé par la Défenseure des droits n'était pas encore atteint par le groupe.

"Dans l'entreprise, c'est un peu plus de sept soignants pour dix malades [...] C'est bien en Europe, mais pas encore assez. Il y a une crise du secteur, du recrutement, des vocations. Il y a un problème de valorisation des métiers", a poursuivi Pierre Kronak-Salmon, indiquant toutefois que 800 recrutements avaient été effectués par le groupe depuis septembre 2022.

Le directeur médical a par ailleurs confirmé que le groupe Orpea a accepté "sans problème" de rembourser les 55,8 millions d'euros de subventions réclamées par l'État.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV