BFMTV
Education

Rentrée scolaire: il manque un enseignant dans au moins 62% des établissements du secondaire

Une professeure de mathématiques au lycée Mirail à Bordeaux le 20 mars 2017.

Une professeure de mathématiques au lycée Mirail à Bordeaux le 20 mars 2017. - MEHDI FEDOUACH / AFP

Certaines académies, en particulier celles d'outre-mer, sont particulièrement touchées par ce phénomène.

Le SNPDEN tire le signal d'alarme. Dans les conclusions de son habituelle "Enquête de rentrée" que BFMTV.com a pu consulter, le Syndicat National des Personnels de Direction de l'Éducation Nationale estime qu'il manque, à compter du 1er septembre, au moins un enseignant dans près de deux tiers (62%) des collèges et lycées français.

Certaines académies plus touchées

Dans le détail, 27,5% des directeurs d'établissements affirment qu'il leur manque plus d'une personne, tandis que 35,2% d'entre eux avancent qu'il leur en manque une. Avent le 1er septembre, ces chiffres étaient encore plus élevés avec 75% des établissements concernés par ces manques.

Géographiquement, certaines académies sont particulièrement concernées par ce manque de personnel. Celles de Bordeaux, Créteil, Grenoble ainsi que la totalité des académies d'outre-mer font ainsi partie de la liste des académies en souffrance. A l'inverse, la situation est bien plus favorable dans les académies de Limoges, Clermont-Ferrand et Amiens.

"On peut dire a priori que les chiffres sont meilleurs que l'année dernière. Sauf que pour une année normale, c'est-à-dire par rapport à 2019, la dernière année sans Covid, on a un certain nombre d'établissements pour lesquels les difficultés de recrutement et d'affectation d'enseignants restent importantes", explique, auprès de France Inter, le secrétaire général du syndicat, Bruno Bobkiewicz.

Le ministre se réjouit

De son côté, le ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye estimait lundi passé que la rentrée scolaire 2022 avait été "bonne", annonçant par ailleurs que 4500 contractuels supplémentaires ont été recrutés pour faire face à la pénurie de nouveaux enseignants.

Le Snes-FSU avait également avancé, la semaine dernière, qu'il manquait au moins un professeur sur un poste fixe dans 62% des établissements sur un échantillon de 554 établissements.

Ce ne sont "pas des chiffres que je confirme", a-t-il commenté, concédant cependant quelques "absences frictionnelles", "des problèmes à régler": "c'est de la dentelle dont s'occupent les rectorats".

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV