BFMTV

Quand le bac fait polémique

Entre le surnotage et l'histoire-géo pour les Premières S, le bac 2013 s'enfonce dans la polémique.

Entre le surnotage et l'histoire-géo pour les Premières S, le bac 2013 s'enfonce dans la polémique. - -

Surnotage, sujets trop faciles ou trop compliqués… Cette année encore, le bac fait polémique.

A peine trois jours après le coup d'envoi du bac, les premières polémiques autour de l'examen font leur apparition. A commencer par des soupçons de surnotage.

Dans l’académie d’Orléans-Tours, le syndicat SUD accuse l’inspection d’académie d’avoir distribué aux professeurs une "grille d’évaluation", qui indique aux profs de français que l’oral doit être noté sur 24 points, tout en restant officiellement une épreuve sur 20. L’objectif d’un tel surnotage: "faire remonter les scores de l’académie", jugés décevants en 2012, assure le syndicat.

Les profs incités à "penser positif"?

Du côté de l’académie, on dément formellement et on invoque "un outil d’aide à l’évaluation". Il s’agirait "plutôt que de repérer des carences, des lacunes, de reconnaître davantage les acquis du candidat". Quant à la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso, elle rétorque qu'"à aucun moment il n'a été proposé de noter sur 24".

Selon Le Figaro, fustigés pour leur "attitude de notation négative" durant les épreuves de 2012, les enseignants ont été invités par les inspecteurs à "penser positif" cette année.

Une réunion du comité technique académique était en cours mercredi à Orléans: la rectrice Marie Reynier devrait être "interpellée" sur la question des consignes d'évaluations.

L'épreuve d'histoire-géo contestée

Du côté des professeurs d’histoire-géographie, les commentaires ne sont pas tendres non plus. L’épreuve, qui a eu lieu mardi, est fortement contestée. En cause, des sujets trop simples, ou au contraire beaucoup trop compliqués, ou encore "absurdes". Ainsi, Le Monde relaie la grogne d’un groupe de professeurs du site Aggiornamento Hist-géo, qui dénonce le choix des sujets: "trop durs (les milieux naturels), trop précis (l’Afrique du Sud), trop faciles".

Et les commentaires de l’article sont éloquents. Barabara par exemple se dit "écoeurée. On nous serine en permanence qu’en tant que correcteurs il faut qu’on soit bienveillants et qu’on sous-note, et on pose aux Premières S un ensemble de sujets qui semble être construit pour les mettre en difficulté… J’ai du mal à comprendre", écrit-elle.

L'an dernier déjà, l'épreuve anticipée d'histoire-géographie pour les Premières S avait déjà fait polémique. Le programme était considéré comme "trop vaste" pour les élèves.


A LIRE AUSSI:

>> Top départ pour le Bac 2013

>> Bac 2013: 338.186 candidats ont planché sur la philosophie

|||sondage|||906

A. K. avec AFP