BFMTV

Privés de manuels scolaires pour cantine impayée

-

- - -

A Saint-Herblain (44), un collège a refusé de distribuer les livres de début d'année à deux élèves de 3ème. Motif: il restait à leurs parents une facture de 20 euros à payer à la cantine. «Mon fils s'est senti humilié», témoigne Antonio sur RMC.

Le père de Fabio, élève en 3ème au collège Ernest-Renan de Saint Herblain (Loire-Atlantique), ne décolère pas. Le jour de la rentrée, son fils âgé de 15 ans est rentré à la maison en disant : « C'est la honte de ma vie. A l'école tout le monde a reçu les manuels, mais la prof les a repris à moi et un copain, en disant : il y a des choses que vos parents n'ont pas payées ».

«J'avais d'autres chats à fouetter que de penser à 20 euros»

« C'est vrai, on avait un impayé de l'année précédente à la cantine », concède Antonio Toffano sur RMC. « Vous savez de combien ? 20 euros... J'avais reçu la facture pendant les vacances, mais ça fait quatre mois que je suis cloué au lit avec un cancer. J'avoue que j'avais d'autres chats à fouetter que de penser à 20 euros ». Pendant une semaine, Fabio et son camarade sont ainsi restés privés de livres scolaires, se les faisant prêter par des camarades pour faire leurs devoirs. « Quand on a appelé le collège, l'assistante de direction nous a dit que c'était le seul moyen qui avait été trouvé pour recouvrer les dettes, et que plusieurs écoles faisaient cela », poursuit le père.

«De la part d'un établissement scolaire, c'est totalement irresponsable !»

Après avoir alerté l'inspection d'académie et décidé de médiatiser l'affaire, les familles des deux enfants ont finalement obtenu gain de cause, hier mardi. Le principal, Philippe Milville, fait amende honorable mais souligne que « d'habitude, on interpelle les parents par ce moyen le jour de la rentrée et le lendemain, les élèves ont leurs livres. Là, la maladresse est que les livres n'ont pas été rendus », concède-t-il. Mais le père de Fabio reste très amer : « L'éducation est un droit. C'est aberrant de priver un enfant de manuels scolaires pour une dette des parents, surtout sur des sommes aussi dérisoires. De la part d'un établissement scolaire, c'est totalement irresponsable ! ».

La Rédaction