BFMTV

Nos enfants sont-ils malheureux à l’école ?

Près de 36% d'élèves français (écoliers et collégiens confondus) déclarent avoir mal au ventre chaque matin à l'idée de se rendre en classe.

Près de 36% d'élèves français (écoliers et collégiens confondus) déclarent avoir mal au ventre chaque matin à l'idée de se rendre en classe. - -

Près de 36% d'élèves ont mal au ventre avant d'aller en cours selon une enquête réalisée par l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) à l’occasion de la 3ème Journée du refus de l’échec scolaire, dévoilée ce mercredi par Le Parisien.

Depuis 2007, l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) réalise chaque année un baromètre du rapport à l’école des enfants issus de quartiers populaires. L’édition 2010 s’intéresse aux « souffrances à l’école ». Elle est présentée ce mercredi dans le cadre de la 3e Journée du refus de l’échec scolaire.

Maux de ventre, insomnie et ennui...

Il en ressort que plus d'un tiers des élèves (35,9% des 760 enfants interrogés, scolarisés en primaire et collège) a la boule au ventre avant d’aller en cours. Or, ils étaient 28% en 2009. L’enquête révèle également que 39% ont de « temps en temps », voire « très souvent » du mal à s’endormir le soir parce qu’ils anticipent la journée d’école du lendemain ; tandis que 23,7% des élèves s’ennuient « souvent », voire « tout le temps » en classe.

Parmi les causes invoquées : 53% d’écoliers et collégiens déclarent avoir déjà été victimes de moqueries, d’insultes, de violences physiques, de vols ou de rackets dans l’enceinte de leur établissement. 54,9% déclarent y avoir déjà été punis. Et 68,9% ne comprennent « certaines fois » pas ce qu’on leur demande de faire.

Japon et France, les pays où les écoliers sont les plus stressés

Des résultats pas si étonnants au regard du classement établi par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sur la qualité de vie en classe. Sur 25 pays, la France se situe ainsi au 22e rang. Toujours selon ce classement, en termes de stress scolaire, les écoliers Français sont vice-champions du monde, derrière les Japonais.

« Le système éducatif français confond effort et souffrance »

Eunice Mangado-Lunetta, déléguée nationale à l’éducation à l’Afev, interprète ces résultats pour RMC : « Nous trouvons cela très inquiétant… Il y a à peu près consensus pour dire que l’échec scolaire fait souffrir mais nous, nous pensons que la souffrance est un élément déclencheur de l’échec, voire du décrochage. Quand on est en situation de stress, d’isolement, de dévalorisation, d’incompréhension des attendus de l’école, cela crée un contexte où l’enfant ne va pas rentrer sereinement dans les apprentissages… Selon la Convention internationale des droits de l’enfant, l’école devrait être un lieu d’épanouissement. On a un peu tendance dans le système éducatif français, à confondre la notion d’effort et celle de souffrance. Il est normal qu’à l’école, il y ait une forme de stress, du bon stress, de l’émulation, mais notre modèle éducatif a toujours été assez autoritaire par rapport à d’autres modèles dans d’autres pays en Europe. »

L’Afev préconise entre autres de repenser l’évaluation scolaire (en primaire) : qu’elle soit « intelligente » et non pas « quelque chose de l’ordre de l’humiliation, du classement, qui est fragilisant ».

bourdinandco