BFMTV

La nouvelle plateforme d'admission post-bac s'appellera "Parcoursup"

Des bacheliers. (photo d'illustration)

Des bacheliers. (photo d'illustration) - AFP

Le nom de la future plateforme de procédure d'admission post-bac a été dévoilé ce mardi matin par la ministre de l'Enseignement supérieur.

"Parcoursup" prendra la relève d'APB. Le nom de la future plateforme d'admission post-bac a été dévoilé ce mardi matin par la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal.

"C'est le nom qui a été choisi par les internautes. Nous avons fait une concertation ce week-end pendant le salon de l'orientation", a précisé la ministre au micro d'Europe 1. Une consultation avait en effet été lancée ce week-end pour permettre aux lycéens, étudiants et parents de choisir ce nouveau nom.

A l'issue de la consultation qui a rassemblé près de 20.000 votants (lycéens, étudiants, parents), "Parcoursup" a été choisi avec 42,8% des voix, devant "Mes études post-bac" qui recueille 23% des suffrages, précise le ministère de l'Enseignement supérieur, dans un communiqué. 

10 voeux maximum

"Parcoursup" ouvrira le 15 janvier prochain. Sur cette plateforme, les bacheliers pourront faire 10 voeux maximum, contre 24 auparavant. Elle permettra à la fois un "procédé d'orientation et de réussite", assure en outre Frédérique Vidal. "Il faut reconnaître la diversité des bacheliers, donc il faut leur proposer des parcours qui leur sont adaptés. L'élève aura toujours le dernier mot dans le choix de sa filière. Par contre, il devra faire confiance à ses enseignants sur le chemin à emprunter pour aller vers le diplôme qu'il souhaite obtenir", a-t-elle encore détaillé. 

La plateforme APB avait concentré cet été toutes les critiques sur les manquements structurels des modalités d'entrée à l'université. Elle a été définitivement enterrée fin octobre, au moment de la présentation du plan du gouvernement pour supprimer le tirage au sort dans les filières les plus demandées et réduire l'échec en première année à l'université.

A.S. avec AFP