BFMTV
Education

L'école va devenir obligatoire à partir de 3 ans

Emmanuel Macron va annoncer ce mardi la scolarisation obligatoire des enfants dès l'âge de 3 ans lors des Assises de la maternelle.

L'école obligatoire dès l'âge de 3 ans. Emmanuel Macron va annoncer cette mesure ce mardi à l'occasion des Assises de la maternelle qui se tiennent jusqu'à ce mercredi, selon nos informations. Jusqu'à aujourd'hui, la scolarisation des plus petits n'était imposée qu'à partir de 6 ans avec l'entrée au CP.

Une scolarisation en baisse

Selon Le Monde, cette nouvelle obligation devrait entrer en vigueur dès 2019. La scolarisation des enfants en maternelle est en baisse depuis les années 2000. Quelque 3% des enfants de 3 ans ne vont pas en classe. Ce qui représente chaque année 20.000 à 30.000 enfants.

"Certaines familles ont du mal à se séparer de leurs enfants jeunes. C'est ennuyeux, surtout pour les enfants dont les familles sont éloignées de la culture scolaire", regrette pour Le Figaro Francette Popineau, secrétaire générale du syndicat d'enseignants Snuipp-FSU. 

Pourtant, la scolarisation dès la maternelle offre de meilleures conditions de réussite en CP. Pour le linguiste Alain Bentolila qui participe à ces Assises, abaisser l'âge de la scolarité obligatoire permet avant tout de lutter contre les sociales. Pour "que le sort des enfants ne soit pas scellé à 6 ans, il faut remettre la maternelle au cœur de l'Éducation nationale. On obtiendra plus d'égalité en mettant les enfants le plus tôt possible à l'école", analyse-t-il pour le quotidien.

L'apprentissage du vocabulaire

Autre objectif de cette scolarisation dès le plus jeune âge: miser sur l'apprentissage du vocabulaire. "La question, ce n'est pas le préapprentissage de la lecture mais bien celle du vocabulaire alors qu'un nombre important d'enfants arrive aux portes de l'école primaire avec un langage incompatible avec une entrée réussie dans le monde de l'écrit", ajoute Alain Bentolila. Selon lui, c'est bien "le degré de maîtrise du langage oral qui conditionne une entrée réussie dans l'écrit".

D'où l'importance d'enseigner ces savoirs au plus tôt. "On a des enfants qui ne maîtrisent pas la langue. S'ils ont la chance de pouvoir la pratiquer à partir de 3 ans plutôt que de rester chez eux parfois dans un environnement où personne ne pratique la langue, c'est quand même une chance", remarque pour BFMTV Samuel Cywie, de la fédération des parents d'élèves Peep.

Augmenter le temps de présence

Autre objectif: augmenter le temps de présence des enfants, beaucoup ne vont encore en classe que pour des demi-journées. "Le fait d'avoir une maternelle à géométrie variable peut entraîner un certain nombre de manques de suivi", pointe pour BFMTV Jean-Rémi Girard, vice-président du Snalc-FGAF.

Mais pour Francette Popineau, cette annonce est "une opération blanche". "On a déjà les élèves, on a déjà les enseignants, ce sont les conditions d'apprentissage qu'on discute aujourd'hui. On voudrait notamment qu'il y ait des effectifs abaissés dans les classes de maternelle", indique-t-elle à BFMTV.

Plus d'enseignants

Boris Cyrulnik est du même avis. La réussite passe selon lui par davantage de professeurs dans les écoles maternelles, explique-t-il sur RMC. "Ce serait le rêve de doubler le nombre de postes, parce qu'on établit plus facilement des relations affectives quand on a 13-14 enfants à gouverner et à sécuriser, que quand on en a 30. C'est probablement trop même si dans certains pays comme en Chine, peu d'enseignants ont beaucoup d'enfants et ils ont des résultats excellents".

Comme le pointe Le Monde, en France, une classe de maternelle compte en moyenne 23 élèves contre 14 dans les pays de l'OCDE. Le gouvernement envisage également de spécialiser les enseignants, qui peuvent travailler aussi bien en maternelle qu'en primaire, afin de mieux accompagner les enfants.

Céline Hussonnois-Alaya