BFMTV

Education: Peillon va rendre la carte scolaire plus rigide

Des lycéens devant leur établissement scolaire.

Des lycéens devant leur établissement scolaire. - -

En attendant une réforme, le ministre de l’Éducation va s'attaquer dès la rentrée aux demandes de dérogations de la carte scolaire, qui rend obligatoire l'affectation des élèves dans l'établissement de leur quartier.

Demander à apprendre une langue rare dès la 6e pour ne pas aller dans le collège du secteur, c'est l'un des moyens connus pour contourner la carte scolaire. Une stratégie que le ministre Vincent Peillon entend rendre plus difficile dès la rentrée 2013, en attendant une véritable réforme.

Dans le système éducatif français, la carte scolaire rend obligatoire l'affectation des élèves du primaire et du secondaire dans l'établissement de leur quartier. Pour ses défenseurs, il s'agit de favoriser la mixité sociale et d'enrayer un phénomène de ghettoïsation de certains établissements.

Les demandes d'options rares plus prioritaires

La précédente majorité avait facilité les dérogations de la carte scolaire dès 2007. Mais selon un rapport du Sénat, cette mesure a fait perdre à certains lycées situés en zone difficile jusqu'à 20% de leurs élèves. Résultat: des taux de réussite au Bac en baisse et des suppressions de postes de professeurs qui pénalisent des établissements déjà fragilisés.

Dès septembre, les demandes d'options rares pour changer d'établissement ne seront donc plus examinées en priorité. En revanche, les demande de dérogations liées aux handicap, à la présence de frères et sœurs et les demandes des élèves boursier, qui sont devenues minoritaires, passeront en priorité.


À LIRE AUSSI: >> La rentrée scolaire 2013, version Peillon