BFMTV

Des changements pour les élèves de 2de dès la rentrée prochaine

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

Une année scolaire divisée en semestres, des majeures et une mineure en deuxième partie de l'année: le rapport sur la réforme du baccalauréat pourrait donner un nouveau visage à la scolarité en classe de seconde dès la rentrée prochaine.

Le rapport sur la réforme du baccalauréat, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, a été présenté ce mardi à Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale. Alors qu'il préconise de nombreux changements pour revoir cet examen bicentenaire - dont la suppression des filières, cinq épreuves finales dont un grand oral et la part belle faite au contrôle continu - la scolarité en classe de seconde pourrait elle aussi être redessinée. Et ce dès la rentrée 2018.

Car la nouvelle version du bac doit entrer en application en 2021. Ce qui implique de revoir toute la scolarité dès l'entrée au lycée: les élèves de terminale qui passeront l'examen en 2021 entreront en classe de seconde l'année prochaine.

Des semestres pour remplacer les trimestres

Première nouveauté: la scolarité des élèves de seconde, tout comme les élèves de première et de terminale, ne sera plus divisée en trimestres mais en semestres. L'objectif est d'inscrire le rythme du lycée "dans le même tempo" que celui de l'enseignement supérieur.

"Les raisons qui motivent cette proposition sur le rythme relèvent à la fois du constat d'une forme d'essoufflement de l'organisation trimestrielle et de l'idée que le semestre correspondrait mieux aux objectifs d'un lycée aux parcours évolutifs tourné vers l'enseignement supérieur", justifie le rapport piloté par Pierre Mathiot, ancien directeur de Sciences Po-Lille.

L'autre ambition de cette nouvelle organisation est aussi d'apporter plus de souplesse dans les choix d'orientation. "L'organisation semestrielle de la seconde a aussi pour objectif de permettre, plus souvent et dans de meilleures conditions qu'aujourd'hui, que des passerelles existent entre la seconde générale et technologique et la seconde professionnelle", ajoute le rapport de l'universitaire.

Un tronc commun et une option à la carte

  • Dès l'entrée en seconde, les enseignements seront divisés en trois groupes, dits "unités". La première unité consistera en un ensemble de discipline obligatoires. Dans ce tronc commun, neuf disciplines: français, histoire-géographie, enjeux du monde contemporain, anglais, une deuxième langue vivante, sciences économiques et sociales (SES), mathématiques-informatique, sciences (physique-chimie et sciences de la vie et de la Terre ou SVT) et éducation physique et sportive (EPS).

Une seconde unité proposera à l'élève de choisir un enseignement optionnel, parmi lesquels langues et cultures de l'Antiquité (LCA), une troisième langue vivante, enseignements artistiques et culturels, EPS, section européenne, arts du cirque ou encore création et culture du design.

Majeures et mineures au second semestre

Au second semestre, le tronc commun sera réduit et ne comptera plus que sept matières, dont français, histoire-géographie, enjeux du monde contemporain, mathématiques-informatique, anglais, une deuxième langue vivante et EPS. Un système de matières "majeures" et "mineures" verra le jour pour être progressivement développé et soutenu jusqu'en terminale. Une deuxième unité d'enseignement proposera ainsi à l'élève de choisir deux majeures (parmi lesquelles SES, physique-chimie, SVT, sciences de l'ingénieur et technologie ou littérature) et une mineure.

Cette dernière devra être choisie parmi les enseignements majeurs non choisis ou encore parmi les disciplines suivantes: économie-gestion, sciences de laboratoire, méthodes et pratiques scientifiques, création et innovation technologique, informatique et sciences du numérique ou arts appliqués, selon l'offre des établissements. Dans cette seconde partie d'année, il sera également proposé aux adolescents un enseignement mineur optionnel parmi LCA, troisième langue vivante, enseignements artistiques et culturels, EPS, section européenne, arts du cirque mais aussi création et culture du design.

Deux heures d'accompagnement, possibilité de stage

Tout au long de l'année, deux heures hebdomadaires seront par ailleurs consacrées à l'accompagnement et l'orientation des élèves ainsi qu'à des activités collectives pour l'ensemble du niveau. Le rapport Mathiot préconise également de permettre en fin d'année, lors des épreuves du bac des élèves de terminale, des stages d'immersion et de découverte professionnelle pour ceux de seconde.

Pierre Mathiot envisage également "des temps de remédiation ou de remise à niveau" pour les élèves de seconde afin de maîtriser la langue française et les règles de calcul, explique-t-il. Ces moments de soutien scolaire pourraient avoir lieu "sur le temps de vie habituel du lycée mais aussi sous la forme de 'lycées ouverts'".

Un test à l'entrée au lycée

Jean-Michel Blanquer a annoncé lundi que les collégiens passeront un "test de positionnement" lors de leur entrée au lycée, rapporte L'Étudiant. L'objectif serait ainsi d'évaluer l'expression écrite et orale de ces nouveaux élèves de seconde mais aussi leurs compétences en mathématiques. Le ministre de l'Éducation nationale a cependant promis que cette évaluation prendrait une forme "ludique, agréable et numérique".

Cette réforme interviendra quasiment en parallèle de la réforme sur l'entrée à l'université, portée par la ministre Frédérique Vidal et qui sera appliquée pour la rentrée 2018.

Jean-Michel Blanquer présentera son projet en conseil des ministres le 14 février, après avoir rencontré syndicats et autres organisations de représentants du monde éducatif. Jusqu'ici, les tentatives de réforme du bac ont toutes échoué.

Céline Hussonnois-Alaya