BFMTV
Education

Covid-19 à l'école: nos voisins testent-ils autant leurs écoliers?

Des élèves pratiquant un test Covid-19 en classe à Bonn en Allemagne le 10 janvier 2022

Des élèves pratiquant un test Covid-19 en classe à Bonn en Allemagne le 10 janvier 2022 - Ina FASSBENDER / AFP

La plupart de nos voisins européens ont rouvert leurs écoles en ce début janvier, et plusieurs recommandent aux élèves et à leurs familles la pratique d'autotests réguliers à domicile, pour surveiller une possible infection et s'isoler rapidement.

Faut-il fermer ou ouvrir les écoles? Cette question est régulièrement répétée depuis le début de la pandémie, et le gouvernement a clairement montré sa préférence pour la seconde proposition. Mais l'exécutif reste très critiqué sur le sujet, notamment avec la présentation des derniers protocoles. Un nouveau a été annoncé lundi soir par le Premier ministre, le troisième en dix jours. Désormais, si un élève est positif dans une classe, tous ses camarades sont cas contacts, et devront effectuer trois autotests: un le jour-même, puis un à J+2 et un à J+4.

"Rien n'est plus dramatique que de fermer nos écoles", a déclaré le Premier ministre Jean Castex ce mardi à l'Assemblée nationale. Il a également assuré que les écoles françaises sont restées ouvertes "deux fois plus qu'en Allemagne, trois fois plus qu'en Italie et quatre fois plus qu'aux Etats-Unis".

Si beaucoup de nos voisins ont en effet fermé leurs classes ces derniers mois, en raison de la propagation du variant Delta, puis Omicron, la plupart les ont rouvertes en ce début d'année.

Des autotests à la maison

C'est le cas des Pays-Bas qui, après deux semaines de confinement, fin décembre, a rouvert ses écoles ce lundi, avec des mesures de distanciation sociale et le port du masque lors des déplacements dans l'établissement.

Afin d'éviter que le virus ne se propage à l'école, le gouvernement utilise les tests comme des outils préventifs: il est ainsi demandé aux élèves du primaire et du secondaire de faire des autotests "à domicile deux fois par semaine, même s'ils ne présentent aucun symptôme, sont vaccinés et/ou ont déjà eu un coronavirus", précise le site du gouvernement. En cas de test positif l'élève et sa famille doivent s'isoler.

En Allemagne également, où les écoles sont aussi ouvertes, personnels et élèves sont incités à se tester deux fois par semaines avec des autotests, et à s'isoler immédiatement si le test est positif.

Un test au retour des vacances

Le gouvernement britannique, qui a également laissé les écoles ouvertes, encourage aussi dans ses recommandations le personnel éducatif et les élèves du secondaire à se tester deux fois par semaine avec des autotests. Il faut rester chez soi en cas de symptômes (dans l'attente d'un test négatif) ou bien entendu, si on est testé positif. Si un élève est positif, c'est l'Agence de Santé Publique (NHS) qui se chargera de retrouver les cas contacts en milieu scolaire. Et il est recommandé aux cas contacts, à partir de l'âge de 5 ans, de pratiquer un autotest tous les jours pendant sept jours pour vérifier s'ils ont été contaminés.

Le Royaume-Uni a d'autre part demandé aux élèves de présenter un test négatif au retour des vacances de Noël, pour pouvoir retourner en classe.

En Belgique, depuis la dernière rentrée, en maternelle et en primaire, "une classe devra être mise en quarantaine pendant 5 jours dès qu’il y aura 4 (ou 25% de la classe) de cas infectés (avec ou sans symptômes) dans cette classe", écrit le site info Coronavirus. Il est également recommandé aux familles de réaliser des autotests chaque semaine.

En Italie, le masque FFP2 si cas contact

En Italie, malgré la mise en place de nouvelles restrictions pour les non-vaccinés, les écoles ont été rouvertes. D'après les nouvelles règles du ministère de l'Education, dans les écoles maternelles, une classe doit fermer pour dix jours si un élève est testé positif. Dans les écoles primaires si un cas positif est décelé, tous les élèves doivent faire un test le jour-même, puis à J+5. Les cours ne sont prévus en distanciel que si au moins deux cas ou plus sont identifiés dans une même classe.

Les règles se compliquent dans le secondaire (collège et lycée): avec un cas positif, les élèves continuent les cours en présentiel mais doivent porter un masque FFP2. Avec deux cas, ceux ne présentant pas de schéma vaccinal complet doivent continuer les cours en distanciel. La classe en présentielle est fermée pour dix jours à partir de trois cas.

L'Espagne semble, en comparaison de ces pays européens, beaucoup moins stricte. En effet depuis début janvier, en primaire et en maternelle, une classe n'est fermée que si cinq cas ou plus sont détectés, comme le rapporte El Pais.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV