BFMTV

Concours de médecine: le redoublement ne sera plus automatique

Des étudiants en première année de médecine passent leur examen de fin de premier semestre en décembre 2012 à Marseille.

Des étudiants en première année de médecine passent leur examen de fin de premier semestre en décembre 2012 à Marseille. - Anne-Christine Poujoulat-AFP

En réorientant les étudiants qui ont échoué vers d'autres études de santé, le but est de ne plus les laisser stagner en première année. Et de les laisser éventuellement retenter leur chance plus tard.

La mesure dite "PACES 1" qui sera expérimentée à la rentrée 2018 sème le trouble parmi les étudiants en médecine. Ainsi, les candidats au concours de médecine ne pourront plus redoubler leur première année pour passer le concours. En contrepartie, les reçus (qui ont eu au-dessus de la moyenne du concours), mais non retenus (en vertu du numerus clausus), pourront poursuivre leurs études en deuxième année de licence, dans une autre filière.

Et, troisième articulation de la réforme, ils pourront à nouveau tenter de passer le concours pendant leur troisième année, s'ils le désirent et suivent des modules complémentaires, en postulant à l'"alter PACES". 

Avec Lille et Brest, quatre universités parisiennes (Paris V, VI, VII et XII), vont tester le nouveau dispositif.

Ne plus perdre de temps

Le but, avec cette mesure est de faire en sorte que les étudiants ne stagnent pas en première année pendant deux, voire trois ans. Jean-Louis Beaudeux, doyen de la faculté de pharmacie Paris-Descartes (Paris V), a expliqué la démarche au micro de France Info: "Le principe général est de réorienter activement les étudiants en échec à l'issue de la première année."

Les étudiants n'ayant pas eu le concours (ou les "reçus collés") seront donc réorientés vers une filière scientifique générale, par exemple en biologie. Le Quotidien du médecin note que "cette nouvelle voie (concours PACES 1 - première année commune des études de santé) couvrirait environ 75 % du numerus clausus de chaque faculté concernée (le reste des places – 25 % au maximum – étant réservées par avance à l'AlterPACES de deuxième chance)". 

Un dispositif, trois possibilités

Pour l'orientation des étudiants, tout dépend du degré de réussite au concours. France 3 Bretagne, qui prend logiquement l'exemple de la faculté de Brest, distingue trois cas possibles:

Réussite du concours. Pas de souci, les étudiants accèdent à la deuxième année de médecine selon les possibilités offertes par le numerus clausus (nombre de places ouvertes) fixé, chaque année, par le ministère.

Les "reçus collés". Ce sont ceux qui ont obtenu la moyenne du concours ou plus, mais qui ne sont pas retenus pour une deuxième année. Ils doivent poursuivre dans une autre filière et pourront faire jouer en troisième année l'alter PACES pour retenter leur chance.

Ceux qui ont eu moins de la moyenne. Les étudiants redoublent leur année sans pouvoir repasser le concours. Comme les "reçus collés", ils doivent attendre d'intégrer une deuxième année universitaire pour pouvoir retenter leur chance, à l'issue de celle-ci.

Le Quotidien du médecin explique que pour assurer une meilleure égalité des chances des primants, qui affronteront des redoublants au concours, le numerus clausus pourrait être augmenté de manière transitoire.

David Namias