BFMTV

Bouches-du-Rhône: un lycée déclenche une alerte attentat après l'intrusion d'un bourdon dans une classe

Deux policiers (Photo d'illustration).

Deux policiers (Photo d'illustration). - LOIC VENANCE / AFP

Une douzaine de policiers sont intervenus dans un lycée d'Aix-en-Provence, mardi après-midi, à l'appel de plusieurs parents d'élèves terrifiés. Il s'agissait en réalité d'un bourdon qui avait provoqué une scène de panique en pénétrant dans une salle de classe.

L'intrusion d'un insecte volant dans une salle de classe a provoqué une crise de panique générale ainsi qu'une alerte attentat, mardi, dans le lycée Paul Cézanne d'Aix-en-Provence, rapporte France Bleu Provence

Dans l'après-midi, un bourdon s'est introduit dans une salle de classe et a terrorisé des élèves de seconde. Pris de panique, certains se sont mis à crier dans tous les sens. Des cris d'effroi tels qu'une classe de philosophie présente à l'étage en dessous s'est inquiétée. Par précaution, le professeur a alors décidé d'appliquer les consignes de confinement prévues en cas d'attentat.

Une douzaine de policiers armés déployés

Certains de ces élèves, apeurés, se sont ainsi empressés d'envoyer des messages à leurs familles pour les prévenir de la situation dans laquelle ils pensaient se trouver. Et dans la foulée, certains parents n'ont pas hésité à contacter la police.

Une douzaine de policiers armés de fusils d'assaut se sont rendus très rapidement sur les lieux. "Il y a eu plusieurs appels en même temps. Alors on s'est inquiété", raconte à France Bleu un commissaire de police, qui explique avoir "demandé à ce qu'on appelle tous les équipages disponibles. Y compris la BAC". Mais une fois sur place, les policiers s'aperçoivent qu'il n'y a aucun danger, et que cette scène d'épouvante a juste été provoquée par un insecte.

"On est 31 filles dans cette classe, certaines ont la phobie des gros insectes. Et le prof ne voulait pas qu'on sorte. Alors on a crié!", s'est justifiée auprès de la station de radio Romane, une jeune fille présente dans la salle de classe lors de la scène de panique. 

Une autre adolescente a expliqué qu'une fois le calme revenu, un des policiers leur avait "fait la morale", les invitant à "être plus zen la prochaine fois".

Jeanne Bulant