BFMTV

Avec uniquement un bac pro en poche, il réussit sa première année de médecine

Des étudiants s'apprêtent à passe le concours de médecine en fin de première année, le 11 décembre 2012 à Marseille.

Des étudiants s'apprêtent à passe le concours de médecine en fin de première année, le 11 décembre 2012 à Marseille. - Anne-Christine Poujoulat - AFP

Avec uniquement un bac pro en poche, un jeune de 24 ans a réussi l'exploit de passer du premier coup en seconde année de médecine.

Une discipline de fer, de la motivation et surtout croire en ses chances. Ce sont les principes appliqués par Pierre Serditch, un jeune de 24 ans qui a décroché sa première année de médecine après un parcours atypique, comme le révèle l’Est Républicain.

Après avoir redoublé sa 3eme et arrêté son cursus général en classe première, Pierre Serditch a décroché un bac pro commerce avant de voyager, de travailler dans la fibre optique et même de créer une entreprise de livraison de repas, loin des parcours habituels des futurs médecins.

Youtube et organisation du travail

"J’avais arrêté la biologie au collège et n’avais jamais fait de chimie de ma vie. J’ai appris les dérivés sur Youtube et lu plusieurs ouvrages sur l’organisation du travail. Quand j’ai débarqué à la fac, en septembre 2017, j’étais prêt, à fond dans les starting-blocks", explique-t-il au quotidien local.

Un programme strict qui ne s’est bien évidemment pas arrêté à la rentrée: "Je planifiais tout heure par heure pour ne pas avoir à perdre de temps à me demander quoi faire", explique celui qui a terminé 94ème sur 220 places disponibles.

"Ne vous lancez que quand vous êtes prêts"

Vegan, fan de vélo et de yoga, il ne s’est pas démonté quand le mail de la faculté de Besançon confirmant son inscription est arrivé, lui conseillant une orientation "vers une filière courte et professionnalisante". Pendant un an, il a mis de côté les sorties, se levant à 6h et se couchant à 21h chaque jour.

"La confiance en soi. Ça ne sert à rien de se miner en bossant tous les soirs jusqu’à minuit. Il faut rester concentré. Au bout du compte, c’est la motivation qui prime", conseille-t-il assurant qu’il faut également prendre son temps: "Voyagez, faites du sport, et ne vous lancez que quand vous êtes prêts. Il faut un peu de vécu et de résistance pour être médecin".

Guillaume Dussourt