BFMTV

Amphis, bibliothèques, restaurants: quelle organisation pour les facs à la rentrée?

Dans un amphithéâtre universitaire à Caen (photo d'illustration)

Dans un amphithéâtre universitaire à Caen (photo d'illustration) - Mychèle Daniau

Le Haut Conseil de la santé publique a publié, ce mercredi, sa nouvelle doctrine précisant les différentes mesures à appliquer dans le cadre de la réouverture des universités, à la rentrée de septembre.

Les universités françaises, fermées depuis mars en raison de la crise du coronavirus, vont pouvoir rouvrir à la rentrée de septembre, comme le précise la nouvelle doctrine du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) rendue publique ce mercredi.

Les facs ne pourront cependant rouvrir qu'à condition que "le masque grand public soit systématiquement porté par les étudiants et le personnel (encadrants/enseignants) dès lors que les règles de distanciation physique définies ne peuvent être respectées ou garanties".

Masque et nombre de personnes limité en amphi

"Il incombera ainsi aux étudiants de se doter des masques qui leur seraient nécessaires et l’établissement sera tenu de fournir des masques à ses personnels", précise le document.

Le HCSP stipule également que le nombre de personnes dans les amphithéâtres sera limité (par une jauge) de manière à faire respecter les mesures de distanciation sociale. Les regroupements et croisements d'étudiants devront, quant à eux, être évités au maximum.

Des horaires plus flexibles

Par ailleurs, les établissements, campus, bibliothèques, résidences et restaurants universitaires devront proposer des amplitudes horaires plus larges et des jours d'ouverture supplémentaires afin d'espacer l'accueil des publics. Des pré-inscriptions pourraient être nécessaires pour pouvoir accéder aux restaurants ou autres bibliothèques universitaires.

Enfin, le document précise que des roulements devraient être mis en place pour les cours en présentiel, si tous les étudiants ne peuvent être accueillis. Il sera demandé aux étudiants présentant des symptômes du Covid-19 de rester à domicile, et des campagnes de dépistage seront organisées, notamment pour les étudiants ayant visité une zone à risque depuis moins de 14 jours.

Véronique Fèvre avec Jeanne Bulant