BFMTV

Ecotaxe : échec du mouvement des routiers en Ile-de-France

-

- - -

En Ile-de-France, les routiers ont annulé leurs actions de blocage. Dans les autres régions, le mouvement devrait se poursuivre jusqu'en milieu d'après-midi.

Le mouvement des routiers, qui protestent lundi contre l'écotaxe, est suspendu uniquement en Ile-de-France, et doit continuer jusqu'en milieu d'après-midi dans les autres régions françaises, a précisé Yann Viguier, porte-parole du collectif Alain Spinelli, qui avait organisé cette manifestation.

Près de 200 poids lourds au total ont manifesté en France lundi, selon les estimations du collectif. Des opérations escargot étaient toujours en cours à la mi-journée sur plusieurs grands axes, et devraient se poursuivre jusqu'en milieu d'après-midi.

En début de matinée, Alain Spinelli, à la tête de ce collectif indépendant de chauffeurs routiers, avait indiqué à la presse réunie sur un barrage routier près de Paris: « on est malheureusement contraints et forcés d'annuler », faute d'un nombre suffisant de camions participants.

Rendez-vous lundi prochain au ministère des Transports

Il a ajouté avoir rendez-vous lundi prochain au ministère des Transports au sujet de cette taxe, applicable à tous les camions roulant en France, mais dont l'application a été repoussée sine die.

« Nous avons atteint une partie de l'objectif. Alain Spinelli va être reçu par le ministre des Transports. Il va y avoir une vraie remise à plat de l'écotaxe, les tables rondes vont être élargies à ceux qui représentent la base », avait également indiqué Yann Viguier, porte-parole du collectif.

Le collectif Alain Spinelli revendique plus de 2 500 soutiens actifs dans le milieu du transport, employés et salariés.

Manifestations contre l'« équitaxe »

Samedi, plusieurs milliers de camions avaient bloqué les grands axes de l'Hexagone, pour protester contre l'écotaxe à l'appel de l'OTRE, une organisation patronale de transporteurs, qui doit être reçue ce lundi par le ministre des Transports Frédéric Cuvillier.

Par ailleurs, le monde de l'équitation manifeste également lundi contre la TVA qui les concernant doit passer de 7 à 20% au 1er janvier. Il s'agit de mettre la France en conformité avec une directive européenne encadrant l'application des taux réduits de cette taxe.

La rédaction avec AFP