BFMTV

Ebola: l'équipe médicale de Bégin qui a pris en charge l'infirmière malade "n'est plus suivie"

Marisol Touraine, lors d'un exercice de préparation des services du SAMU à la prise en charge d'un patient contaminé par Ebola.

Marisol Touraine, lors d'un exercice de préparation des services du SAMU à la prise en charge d'un patient contaminé par Ebola. - Stéphane de Sakutin - AFP

La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé que le personnel médical de l'hôpital Bégin qui s'était occupé de l'infirmière française contaminée par Ebola et rapatriée du Liberia n'était plus soumis à un contrôle.

Le suivi médical auquel étaient soumis les soignants qui ont été en contact avec l'infirmière française rapatriée en septembre du Liberia après avoir été contaminée par le virus Ebola a pris fin et "tout s'est très bien passé", a annoncé mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine.

La jeune infirmière de Médecins sans Frontières (MSF), seule malade française atteinte d'Ebola à ce jour, avait été rapatriée le 19 septembre en France. Prise en charge à l'hôpital d'instruction des armées Bégin de Saint-Mandé, près de Paris, elle était sortie, guérie, début octobre.

"Le risque zéro n'existe pas"

Depuis 70 soignants qui ont été en contact avec la volontaire de MSF contaminée avaient été suivis quotidiennement. "Le suivi a pris fin pendant ce week-end et donc je suis en mesure de dire ce matin que l'équipe médicale qui a pris en charge la jeune infirmière de Médecins sans Frontières n'est plus suivie et que tout s'est très bien passé", a rassuré la ministre.

Revenant sur la situation en France, Marisol Touraine a rappelé que "le risque zéro n'existe pas et la France s'est préparée depuis le début de l'épidémie". Elle a rappelé que "depuis huit mois est montée en puissance l'organisation de notre système de santé pour prendre en charge, le cas échéant, un malade d'Ebola".

Selon le dernier bilan de l'Institut de veille sanitaire (InVS), sur 480 signalements de cas d'Ebola, seuls 17 ont été classés comme "possibles" mais aucun d'entre eux ne s'est avéré positif.

D. N. avec AFP