BFMTV

Dray : « Je n'ai rien à me reprocher, légalement »

-

- - -

Silencieux depuis qu'une enquête pèse sur lui pour abus de confiance, le député PS Julien Dray fait sa rentrée politique et médiatique. Livre à l'appui, il se défend de ces accusations et règle ses comptes.

Depuis décembre 2008, Julien Dray est l'objet d'une enquête préliminaire sur des mouvements de fonds suspects entre plusieurs associations et ses comptes bancaires. Aujourd'hui, le député PS de l'Essonne tente de rétablir la vérité dans L'Epreuve [Editions du Cherche Midi]. Invité de Bourdin & Co ce mercredi 23 septembre, il s'explique : « Je n'ai rien à me reprocher du point de vue de la légalité, de détournements. Sinon, je n'aurais pas fait ce livre. Des choses personnelles à me reprocher, j'en ai, en termes d'insouciance : j'aurais du être plus rigoureux dans la gestion de mes affaires personnelles. [...] J'ai emprunté à des amis, parmi lesquels un responsable associatif et une assistante, qui m'ont prêté de l'argent sur leurs revenus personnels. Aujourd'hui, l'essentiel est remboursé. »

« Une dénonciation calomnieuse venant de la gauche »

Revenant sur l'origine de cette affaire, Julien Dray dénonce « une dénonciation calomnieuse, qui, je le suis sûr, poursuit-il, ne vient pas de la droite, mais bien de la gauche, de mon propre camp. Qui précisément ? J'ai presque des certitudes ; et quand elles seront avérées, ceux qui ont participé à ces dénonciations calomnieuses me retrouveront sur leur route. Ce sont des adversaires politiques de Ségolène Royal et de moi. Au départ de cette affaire, il y a une concomitance entre ce qui m'est fait et les propos tenus concernant Ségolène Royal, le financement de sa campagne électorale et de sa permanence. Or, l'enquête a montré qu'il n'y a aucune connexion possible. A ce moment-là, on s'est replié sur ce personnage qu'on essaie de créer dans les médias : ce flambeur Julien Dray. »

« Valls et Royal, les seuls à m'avoir fait signe »

Abandonné par son propre camp politique depuis cette affaire, Julien Dray se demande aujourd'hui s'il a « encore des amis à la direction du PS » : « Je me pose sérieusement la question, explique-t-il, déçu. Les deux seuls à m'avoir fait signe sont Manuel Valls et Ségolène Royal. Martine Aubry m'a dit qu'elle allait lire le livre, mais je n'ai pas de réponse pour l'instant. »
S'il n'est pas question pour lui de quitter la politique, Julien Dray n'envisage pas pour autant de renouer avec son parti tel qu'il est aujourd'hui : « Le PS est dépassé ; il ne peut plus rester tel qu'il est. Il faut rapidement faire un nouveau Parti socialiste ; de la cave au grenier, il faut tout changer. »

Pour écouter l'intégralité de l'interview de Julien Dray, cliquez ici.

La rédaction-Bourdin & Co