BFMTV

Disparues de l'A6: 17 ans après, le meurtrier de Christelle Blétry trahi par son ADN

Le corps de Christelle Blétry, 20 ans, avait été retrouvé lardé de 123 coups de couteau à Blanzy, en Saône-et-Loire, en décembre 1996.

Le corps de Christelle Blétry, 20 ans, avait été retrouvé lardé de 123 coups de couteau à Blanzy, en Saône-et-Loire, en décembre 1996. - AFP

Grâce aux progrès de la science, un prélèvement d'ADN sur les vêtements de la victime a permis de confondre le suspect. Christelle Blétry, 20 ans, avait été retrouvée morte alors qu'elle rentrait à pied d'une soirée, son corps lardé de 123 coups de couteau.

Entre 1986 et 1996, huit jeunes femmes ont sauvagement été assassinées en Saône-et-Loire - quatorze en tout dans un rayon de 200 km le long de l'autoroute A6. Rebaptisés l'affaire des "disparues de l'A6", ces dossiers restent, à ce jour, non-élucidés.

Mais les progrès de la sciences ont permis de résoudre, dix-sept ans après les faits, le meurtre de l'une d'entre elles. Le corps de Christelle Blétry, 20 ans, avait été retrouvé lardé de 123 coups de couteau alors qu'elle rentrait seule, à pied, d'une soirée à Blanzy le 28 décembre 1996. Jeudi, contre toute attente, un homme a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Tache de sperme

Une tache de sperme retrouvée sur les vêtements de la victime, précise Europe 1, a permis d'identifier cet homme, âgé de 56 ans et déjà condamné pour une agression sexuelle avec un couteau. Aujourd'hui marié et père de deux enfants, cet homme a été arrêté par la police judiciaire de Dijon dans les Landes, où il résidait, selon Le Nouvel Observateur, qui a révélé son arrestation.

Face à l'évidence, l'homme a avoué le meurtre "à plusieurs reprises" affirme Me Didier Seban, l'un des avocats de la famille Blétry, joint jeudi dans la soirée par BFMTV. Au moment des faits, l'homme habitait à Blanzy, la commune où le corps de de la jeune femme a été découvert.

Est-il l'auteur des autres meurtres?

"Le fait qu'il soit resté impuni pendant de nombreuses années l'a peut-être encouragé à récidiver", avance l'avocat.Si l'homme a reconnu le meurtre de Christelle, rien ne prouve, pour l'heure, qu'il est celui qui a massacré les autres "disparues de l'A6". "En tout cas, il va falloir examiner son profil, et c'est ce que nous demandons à la justice", conclut Me Didier Seban.

Le parquet de Chalon-sur-Saône a annoncé dans un communiqué qu'il tiendrait une conférence de presse vendredi matin sur l'affaire, "compte tenu des avancées notables des investigations réalisées", sans plus de détails à ce stade. Christelle Blétry, étudiante dans un lycée agricole, rentrait à pied d'une soirée le soir du drame. Son corps avait été retrouvé le lendemain à la sortie de Blanzy, commune voisine de Montceau-les-Mines.

Caroline Piquet avec AFP