BFMTV

Dior se sépare de John Galliano

John Galliano à son arrivée lundi dans un commissariat parisien où il s'est prêté à une longue confrontation au commissariat avec ceux qui l'accusent d'injures antisémites. La maison de couture Christian Dior a mis à pied son créateur vedette mardi. /Phot

John Galliano à son arrivée lundi dans un commissariat parisien où il s'est prêté à une longue confrontation au commissariat avec ceux qui l'accusent d'injures antisémites. La maison de couture Christian Dior a mis à pied son créateur vedette mardi. /Phot - -

La maison de couture Christian Dior a annoncé mardi avoir mis à pied John Galliano, accusé d'avoir proféré des injures à caractère antisémite.

La maison de couture, propriété de Dior SA, holding de contrôle de LVMH, numéro un mondial du luxe, avait suspendu le couturier de ses fonctions vendredi dernier, dans l'attente des conclusions de l'enquête en cours.

Mais la pression aura été trop forte et, de l'avis de nombreux spécialistes du luxe, une vidéo mise en ligne lundi par le quotidien britannique The Sun ne laissait guère d'autre choix au patron de LVMH que de se séparer de celui qui a été l'artisan du renouveau de la maison Dior.

Dans cette vidéo non datée, le couturier attablé dans un café, dit adorer Hitler et profère des injures antisémites à l'encontre de son interlocutrice, invisible à l'écran.

"En raison du caractère particulièrement odieux du comportement et des propos tenus par John Galliano dans une vidéo rendue publique lundi, la maison Christian Dior a décidé sa mise à pied immédiate", indique la société dans un communiqué.

Elle ajoute qu'une procédure de licenciement a été engagée.

Le PDG de Dior, Sidney Toledano, dit "condamner avec la plus grande fermeté les propos tenus par John Galliano en totale contradiction avec les valeurs essentielles qui ont toujours été défendues par la maison Christian Dior".

On ignore si le défilé de prêt-à-porter de la griffe, prévu vendredi, sera ou non maintenu.