BFMTV

Des milliers de participants à la marche blanche à Paris contre l'antisémitisme

Des milliers de personnes étaient présentes ce mercredi soir dans les rues de Paris, en hommage à Mireille Knoll.

Des milliers de personnes étaient présentes ce mercredi soir dans les rues de Paris, en hommage à Mireille Knoll. - Capture BFMTV

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce mercredi en début de soirée à Paris pour rendre hommage à Mireille Knoll et pour signifier leur rejet de l'antisémitisme. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont été chahutés à leur arrivée dans cette marche blanche. Le leader des Insoumis a même dû être exfiltré.

Plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux ministres, politiques et représentants de la société civile, ont commencé à défiler mercredi peu avant 19H00 à Paris en mémoire de Mireille Knoll, octogénaire juive dont le meurtre a ravivé les inquiétudes sur l'antisémitisme en France.

Le cortège de cette "marche blanche", guidé par des représentants de la société civile, roses blanches en main, suivi d'élus ceints de leurs écharpes tricolores, devait parcourir quelques centaines de mètres pour rallier l'immeuble de la victime, là où elle a été tuée vendredi dernier, dans le XIe arrondissement.

Mélenchon et Le Pen chahutés par plusieurs manifestants

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont été hués à leur arrivée à la marche blanche. Jean-Luc Mélenchon a été exfiltré rapidement. Auparavant, il a rappelé que le sujet du défilé était d'honorer la mémoire de Mireille Knoll et non pas sa présence dans le cortège. Il a défini les perturbations dont il a fait l'objet "d'épiphénomène" du fait de "quarante énergumènes". 

La présidente du Front national a quant à elle a d'abord été exfiltrée en deux temps. Après avoir trouvé refuge derrière un camion de CRS, elle s'est dirigée hors du rassemblement. Elle a dit qu'elle "s'attendait à cet accueil de la part de militants politiques". "Je ne suis pas sensible à ces intimidations", a-t-elle encore déclaré. Elle est d'ailleurs revenue dans le cortège ensuite, ne le quittant qu'à la fin de la marche. 

La présidente du Front national a quant à elle été exfiltrée en deux temps. Après avoir trouvé refuge derrière un camion de CRS, elle s'est dirigée hors du rassemblement. Elle a dit qu'elle "s'attendait à cet accueil de la part de militants politiques". "Je ne suis pas sensible à ces intimidations", a-t-elle encore déclaré.

De nombreux ministres présents 

Dans le carré de tête de la marche, organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), plusieurs ministres et secrétaires d'Etat avaient pris place, notamment Gérard Collomb (Intérieur), Françoise Nyssen (Culture) et Jean-Michel Blanquer (Education). Des représentants de tous les partis, dont le délégué général de LREM Christophe Castaner, le président des Républicains Laurent Wauquiez, le président (LR) du Sénat Gérard Larcher, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo et le secrétaire général du PCF Pierre Laurent étaient également sur place.

Le vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, les chanteurs Enrico Macias et Patrick Bruel et l'écrivain Marek Halter étaient également présents.

L.A. et R.V. avec AFP