BFMTV

Mélenchon exfiltré de la marche blanche contre l'antisémitisme après avoir été hué

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a été exfiltré de la "marche blanche" contre l'antisémitisme et en hommage à Mireille Knoll ce mercredi soir à Paris.

Le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a été exfiltré ce mercredi soir de la marche blanche contre l'antisémitisme et en hommage à Mireille Knoll à Paris, après avoir été hué à son arrivée dans le cortège. 

Dès son apparition, le député des Bouches-du-Rhône a été pris à partie par une quarantaine de personnes l'accusant de complaisance à l'égard des personnes antisémites, ce dont le chef de la France insoumise se défend. Jean-Luc Mélenchon a notamment été traité de "collabo" à plusieurs reprises durant ces quelques minutes. 

Des bandes organisées s'en sont également pris aux policiers assurant sa sécurité, ainsi qu'à certains journalistes présents sur place. 

"Le temps n'est pas à la polémique", a réagi Jean-Luc Mélenchon de son côté, avant d'être contraint de quitter la marche. 

"La communauté nationale serre les rangs, manifeste de la compassion, de l'amour"

"Le sujet de la manifestation, c'est pas moi. C'est cette femme assassinée par des violents et des barbares, et la nécessité de montrer que toute la communauté nationale serre les rangs, manifeste de la compassion, de l'amour. Le reste, c'est vraiment un épiphénomène", a-t-il jugé devant la presse. 

"Faut pas confondre 40 énergumènes avec des milliers de braves gens que compte ce pays. Il ne faut pas leur donner une importance qu'ils n'ont pas", a déclaré Jean-Luc Mélenchon. "Ce qui est important, c'est que le message passe, (...) que chaque juif sache qu’il est sous la protection de la totalité de la communauté nationale, et que jamais nos réserves d'amour pour notre peuple ne s'épuiseront", a-t-il ajouté.

"Ça, c'est la leçon du gendarme Beltrame, le sens des événements que nous venons de vivre. Il faut être à la hauteur de cette dignité-là. Le reste, ça ne compte pas", a conclu le chef de file des Insoumis. 

"Quelques nervis d'extrême-droite nous ont insultés"

"Quelques nervis d'extrême-droite nous ont insultés et ont bousculé le rabbin Gabriel Farhi qui était avec nous. Honte à eux et à ceux qui les excitent. Unité contre l'antisémitisme!" a réagi de son côté Alexis Corbière sur Twitter. 

Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), avait déclaré mardi sur BFMTV que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen "ne seraient pas les bienvenus" à la marche blanche. Ce mercredi, le fils de Mireille Knoll avait assuré sur RMC que l'hommage à sa mère était ouvert "à tout le monde, sans exception". 

L.A., avec Neïla Latrous