BFMTV

Des engrais naturels interdits

Les phosphites, des "produits miracles" pour les producteurs: ils coûtent souvent moins cher que les substances chimiques habituellement utilisées

Les phosphites, des "produits miracles" pour les producteurs: ils coûtent souvent moins cher que les substances chimiques habituellement utilisées - -

Les agriculteurs de l'est de la France sont en colère. Depuis début juillet, le gouvernement a décidé de retirer du marché des produits naturels à base de phosphite (extraits végétaux d'algues) pour traiter leurs salades, radis ou concombres. Le problème c’est que toute l’Europe les utilise…

Des producteurs de légumes contraints et forcés d'abandonner des produits naturels au profit de produits chimiques pour protéger leurs légumes des maladies, c’est la triste réalité que subissent les agriculteurs de l’Est de la France.

Les phosphites, des "produits miracles" pour les producteurs: ils coûtent souvent moins cher que les substances chimiques habituellement utilisées, sont deux fois plus efficaces et surtout, ils sont naturels car fabriqués à partir d'extraits végétaux (ils ne polluent pas contrairement aux pesticides chimiques).

Les Allemands les utilisent beaucoup

Interdits depuis le mois de juillet en France, ils sont pourtant autorisés dans le reste de l'Europe, et les Allemands les utilisent beaucoup. Le problème c'est que la France ne veut pas qu'on les utilise comme engrais. Ils ne peuvent être commercialisés qu'en tant que produits "phytosanitaires". Alors pour cela, les fabriquant doivent faire une demande d'homologation. Mais cette demande peut prendre des années avant d'être acceptée et surtout elle coute très cher, jusqu'à 4 millions d'euros. Les fabricants n'ont pas les moyens de payer une telle somme.

« C’est une alternative excellente aux produits chimiques »

Jean-François Aubrio est maraîcher et produit des salades à Metz en Moselle. Il ne comprend pas pourquoi l'Etat retire ces produits, qu’il utilise des produits à base de phosphite depuis 2 ans alternatifs du marché : « J’ai été un bon élève, j’ai été un des premiers à en utiliser. C’est une alternative excellente aux produits chimiques que nous utilisons classiquement. La profession veut répondre à cette démarche de réduction de produits chimiques. Moi j’ai aussi envie d’utiliser moins de chimique, je suis moi aussi un consommateur et je me pose aussi des questions sur l’utilisation de ces produits. Et là on nous dit vous pouvez plus les utiliser. Je vais repartir sur les produits chimiques. Alors bon il y a de quoi ne pas être content quand même ».

« Efficacité doublée par rapport aux produits chimiques »

Denis Digel est président de Planète Légume, une station d'expérimentation qui regroupe 460 maraîchers en Alsace. Depuis 4 ans, ces producteurs de légumes testent le Sémafort (produit naturel à base de phosphite) sur leurs exploitations. Ce produit naturel a obtenu l'entière satisfaction des producteurs : « Nous avons remarqué dès la première année une efficacité doublée par rapport aux produits chimiques. Notamment sur salades mais aussi sur des radis. C’est efficace contre des maladies qui attaquent le feuillage. On remarque sur les feuillages de salades beaucoup moins de maladies. Ils vont défendre naturellement la plante et la plante va être plus costaud. Ces produits naturels apportaient un plus aux producteurs de légumes. Pour leur santé à eux mais également pour celle des consommateurs. Je pense qu’on loupe quelque chose quand même par rapport à d’autres pays européens qui ont compris l’importance de développer ce genre de produits naturels ».

Engrais et phytosanitaires

En France, pour traiter les plantes on a le droit d'utiliser soit des engrais, soit des phytosanitaires. Dans les deux cas, pour avoir le droit de commercialiser ces produits, les fabricants doivent faire une demande d'autorisation de mise sur le marché. Pour les engrais, cette demande est rapide et ne coûte pas cher. En revanche, pour obtenir l'homologation phytosanitaire, les démarches durent des années et coûtent très cher.