BFMTV

Dénoncer l’abus policier est désormais possible sur Internet

Signaler un abus de la police en un clic : c'est possible depuis ce lundi.

Signaler un abus de la police en un clic : c'est possible depuis ce lundi. - -

Depuis ce lundi, tous les citoyens on a leur disposition un site Internet où tout un chacun pourra directement s'adresser à l'IGPN. Il sera possible de saisir directement en ligne la "police des polices" en cas d'abus ou de dérapages.

Signaler un abus de la police en un clic : c'est possible depuis ce lundi. C'était une promesse de Manuel Valls dans le cadre de la réforme de la police des polices qui entrera en vigueur dès mardi. En plus de ce site Internet qui permettra de dénoncer les abus policiers en interpellant directement l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), dès cet automne, les policiers porteront un matricule visible. A noter que le dispositif Internet ne concerne que la police nationale, en sont donc exclus les gendarmes et les policiers municipaux pourtant eux aussi détenteurs de la force publique.

Rapprocher forces de l'ordre et population

L'objectif avoué étant d'opérer un rapprochement entre les forces de l'ordre et la population, dont les rapports se sont envenimés ces dernières années. Jusqu'à présent, il fallait faire appel au procureur de la République, qui pouvait à son tour choisir de saisir l'IGPN ou bien de classer le dossier.
Seuls les Parisiens pouvaient saisir directement l'IGS, l'inspection générale des services, qui dépend de la Préfecture de police de Paris. Chaque année, 2 300 signalements sont reçus par les services.

>> Dénoncer les abus policiers via Internet, est-ce une bonne chose ?

« Une sorte d'exemple »

Emmanuel Roux est commissaire divisionnaire et secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale. Selon lui, les policiers n'ont rien à craindre de ce nouveau dispositif. « Ce système de contact direct pourrait devenir une sorte d’exemple pour les autres forces de sécurité en France, explique-t-il sur RMC. Les pouvoirs de gendarmerie sont les mêmes que ceux de la police. Les policiers municipaux, avec les contrôles routiers par exemple, ont pratiquement le même travail que les policiers nationaux. Les Douanes aussi peuvent arrêter les gens et les contrôler. Le travail étant similaire, les outils de contrôles devraient être les mêmes ».

« Un défouloir, un aspirateur à nuire à la police »

Autre son de cloche du côté des syndicats pour qui cette initiative risque de déraper. « L’intention initiale est louable mais cela va devenir un défouloir, un aspirateur à nuire à la police nationale, estime ainsi sur RMC Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie Officiers. Lorsqu’on voit ce qu’il s’est passé avec la Manif pour Tous, avec le printemps français dont les membres détestent la police, dès que ces gens auront donné des instructions pour envoyer 30 000 plaintes en même temps, on verra bien que l’on ne peut pas s’en sortir ».

Tugdual de Dieuleveult avec C. Checcaglini