BFMTV

Dégâts sur les Champs-Elysées: "Ce sont les Parisiens qui vont payer la facture"

Des opérations de nettoyage se poursuivent ce lundi sur les Champs-Elysées pour remettre en état l'avenue, théâtre de la manifestation de gilets jaunes samedi. La facture des dégâts, chiffrée à "plusieurs centaines de milliers d'euros" devra être assumée par les Parisiens.

Pavés descellés, abribus détruits, mobilier urbain dégradé... deux jours après la manifestation des gilets jaunes sur les Champs-Elysées, les dégâts des débordements sont encore visibles. Ce lundi, la Ville de Paris mène une réunion avec les services municipaux pour faire le point sur la situation. L'objectif est notamment de faire le point sur le montant des dégradations.

"C'est difficile de chiffrer à ce stade. On sait déjà que ce sera plusieurs centaines de milliers d'euros puisqu'il a fallu mobiliser 200 personnes en urgence, tous les personnels d'astreinte dans la nuit et dans la journée d'hier", explique sur BFM Paris Emmanuel Grégoire, premier-adjoint à la mairie de Paris. 

Si le montant exact des dégâts n'est pas encore connu, la facture sera elle bien assumée par les Parisiens.

"Ce sont les Parisiens qui vont payer la facture pour tout ce qui concerne les interventions de la ville de Paris", déplore Emmanuel Grégoire, adressant "un petit message d'agacement" aux manifestants à l'origine des dégradations. 

Une "minorité" de gilets jaunes derrière les dégradations

"Il faut qu'ils comprennent que c'est sur eux-mêmes d'une certaine manière que repose la facture de leurs propres dégâts", ajoute l'élu.

"On est bien conscients que c'est une toute petite minorité qui à chaque fois et depuis plusieurs années maintenant se greffe aux mouvements sociaux pour tout casser", tempère Emmanuel Grégoire, invitant les gilets jaunes à "s'organiser". "La crédibilité, l'image du mouvement passe aussi par ça", souligne-t-il. 

Le bras droit d'Anne Hidalgo doit aussi se rendre ce lundi auprès des commerçants de la célèbre avenue pour évaluer la facture de leur côté. "Elle est très importante en termes de réparations mais surtout et plus gravement elle est très importante en matière de chiffre d'affaires", avance Emmanuel Grégoire. Ce lundi, tous les commerces touchés par des dégradations devraient ouvrir normalement sur les Champs-Elysées. 

Carole Blanchard