BFMTV

De la grippe espagnole au Covid-19, comment sont choisis les noms des maladies et virus?

Coronavirus (illustration). - HO / BRITISH HEALTH PROTECTION AGENCY / AFP

Coronavirus (illustration). - HO / BRITISH HEALTH PROTECTION AGENCY / AFP - -

Les noms donnés par les scientifiques aux maladies et aux virus ont évolué, depuis plusieurs années, pour éviter de stigmatiser des pays, des populations et des animaux.

"Grippe chinoise", "Virus de Wuhan"... Toutes ces appellations, massivement utilisées au début du mois de janvier pour désigner le nouveau coronavirus, ont laissé place au terme plus neutre de "Covid-19". Le nom de cette maladie a été choisi par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le 11 février dernier, en remplacement du "2019-nCov", avec plusieurs intentions en tête. 

Il ne fallait pas que le nom choisi fasse référence à "une situation géographique", à "un animal", à "une personne ou à un groupe d'individus" et il ne devait pas être "imprécis" et "stigmatisant", avait alors expliqué le Dr Tedros, directeur général de l'OMS. "Ce nom nous permet de définir un format standard pour nommer toutes les futures épidémies de coronavirus", avait-il ajouté sur Twitter.

"Le nom que l'on attribuera à cette première grande pandémie du XXIe siècle revêt un enjeu symbolique et historique énorme et les autorités chinoises cherchent à éviter absolument la stigmatisation d'une de leurs villes", abonde Jean-Baptiste Fressoz, chercheur au CNRS et spécialiste d'histoire environnementale, interrogé dans le magazine Sciences et Avenir

Des noms "plus scientifiques"

Les précautions prises par l'OMS dans l'appellation d'une maladie, pour éviter de stigmatiser un pays ou une région, sont récentes. En 2008, l'organisation avait proposé une nouvelle nomenclature pour mieux nommer les épidémies de grippes. La revue scientifique Nature explique ainsi que les souches "Fujian" et "Qinghai", appartenant à la famille des grippes, allaient désormais être respectivement appelées "Clade 2.3.4" et "Clade 2.2".

"En 2006, quand des scientifiques avaient donné le nom 'Fujian' à une souche du H5N1, résistante aux vaccins, qui s'était déployée en Asie, la Chine s'y était fortement opposée. Le gouvernement chinois avait expliqué que la province de Fujian était salie par l'association au virus", indique la revue. 

Le but de l'OMS est de "donner aux maladies des noms 'plus scientifiques' fondés sur la biologie moléculaire, effaçant ainsi leur lieu d'apparition", précise Jean-Baptiste Fressoz.

"Minimiser l'impact négatif"

En 2015, l'OMS a publié un document regroupant "les meilleures pratiques" pour donner un nom aux nouvelles maladies infectieuses humaines. Le but est "de minimiser l'impact négatif des noms des maladies sur le commerce, les voyages, le tourisme et le bien-être des animaux" et "d'éviter d'offenser des groupes culturels, sociaux, nationaux, régionaux, professionnels et ethniques", explique l'organisation. 

L'appellation donnée aux maladies ne doit pas inclure, selon le document de l'OMS, une indication géographique, comme pour la grippe espagnole, le nom d'une population, comme pour la maladie Creutzfeldt-Jakob, le nom d'un animal ou d'une espèce, comme pour la grippe aviaire, et des termes qui transmettent de la peur. 

OMS
OMS © Document de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Pour parler du nouveau coronavirus, il est donc recommandé d'utiliser le nom de la maladie, Covid-19, ou l'appellation scientifique, SARS-CoV2.

Clément Boutin