BFMTV

Covid-19: pourquoi l'incidence a subi une forte hausse ce mardi

Infographie

Infographie - BFMTV

INFOGRAPHIE. Avec le développement des tests rapides, Santé Publique France a dû revoir sa méthodologie concernant le nombre de cas détectés chaque jour en France.

Entre les lundi 7 et mardi 8 décembre, des milliers de cas de Covis-19 sont apparus subitement dans les données de Santé Publique France (SPF). Des nouveaux chiffres qui ne sont dûs ni à un fort rebond de l'épidémie, ni à une erreur de frappe mais à une nouvelle méthodologie, explique SPF dans un communiqué:

Le système SI-DEP intègre désormais les tests antigéniques (...). Parallèlement, du fait de l’augmentation de la capacité de dépistage, et avec elle de la fréquence croissante de personnes testées plusieurs fois, un ajustement de la définition des personnes testées est nécessaire.

3 changements dans la méthodologie de Santé Publique France

Concrètement, trois changements majeurs ont été effectués par Santé Publique France, explique sur son compte Twitter Guillaume Rozier, fondateur du site covidtracker.fr, spécialisé dans l'analyse des données liées au Coivd-19 :

  1. Les tests rapides/antigéniques, autorisés depuis la mi-octobre, sont désormais pris en compte
  2. Une même personne testée positive à deux reprises en moins de 60 jours ne compte désormais que pour un car SPF considère qu'il s'agit de la même infection (contre deux auparavant)
  3. Une même personne testée négative à deux reprises compte désormais pour deux tests (contre un auparavant)

Ces changements sont pris en compte depuis le 8 décembre et sont rétroactifs: l'ensemble des chiffres depuis mai ont donc été modifiés. Résultat, depuis la fin du mois d'octobre, des cas ont été "ajoutés" aux cas déjà annoncés. Et a contrario, durant le printemps et l'été, certains cas déjà annoncés ont été "retirés".

Le nombre de cas graves, un indicateur plus fiable

Cependant, même si on constate que les chiffres augmentent avec cette nouvelle méthodologie, on constate que les tendances restent, elles, identiques: hausse exponentielle jusque début novembre, suivie d'une forte baisse pendant plusieurs semaines et stabilisation depuis début décembre.

Si le nombre de cas sera désormais un peu plus précis qu'auparavant, il n'empêche qu'il reste des indicateurs plus fiables pour suivre l'évolution de l'épidémie, comme nous l'expliquions dans cet article.

Le nombre de nouveaux cas graves - hospitalisations, admissions en réanimation, décès - reste l'indicateur le plus pertinent pour analyser l'épidémie de Covid-19 en France. Nous le mettons à jour quotidiennement, département par département, dans cet article.

Louis Tanca Journaliste BFMTV