BFMTV

Coronavirus: SOS Racisme lance une campagne contre le racisme anti-asiatique

BFMTV

Plus d'un mois après la propagation du nouveau coronavirus, le racisme anti-asiatique ne faiblit pas en France. SOS Racisme observe même "une multiplication des propos stigmatisants, mais aussi une recrudescence d'insultes et d'agressions".

"Personne n'a attrapé le virus de la connerie?". Afin de lutter contre la déferlante de racisme anti-asiatique accompagnant la propagation du nouveau coronavirus, le Covid-19, l'association SOS Racisme lance une campagne de sensibilisation, rapporte le Parisien ce mardi.

Remarques, insultes, préjugés, voire dégradations... Depuis fin janvier, la communauté asiatique en France fait état de nombreux actes racistes à son encontre. les témoignages de racisme à leur encontre. "Il y a des gens qui refusent de se faire servir dans les grandes surfaces par du personnel asiatique, qui rejettent des gens dans le train bondé parce que ces personnes sont asiatiques", a par exemple raconté à BFMTV Sacha-Lin-Jung, responsable du pôle citoyenneté de l’association des Chinois résidant en France.

"Vous nous mettez tous en danger avec cette toux!"

À Belleville, dans le 20e arrondissement parisien, certains restaurateurs asiatiques doivent également faire face à une baisse de leur activité de l'ordre de 30%. À Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), un restaurant japonais a été tagué des mots "Coronavirus, dégage virus".

Pour moquer ces nombreux préjugés sur les personnes d'origine asiatique, l'association annonce la diffusion d'une série de visuels humoristiques. Dans une planche de bande-dessinée diffusée par Le Parisien, on peut voir la réaction d'un passager de métro face à une personne de type asiatique éternuant. 

Un personnage s'insurge, lançant à l'éternueur: "Vous n'avez pas honte de prendre le métro?! Vous nous mettez tous en danger avec cette toux!". Une partie des passagers se cache alors le visage, jusqu'à ce qu'un autre lance: "Personne n'a attrapé le virus de la connerie?"

"Une multiplication des propos stigmatisants"

"Nous faisons face une multiplication des propos stigmatisants, mais aussi une recrudescence d'insultes et d'agressions", déclare dans le quotidien francilien Dominique Sopo, président de SOS Racisme. La propagation de ce virus venu de Chine "a ravivé des métaphores racistes", déclarait pour sa part sur BFMTV Laetitia Chhiv, présidente de l'association des jeunes chinois de France.

Et avec la propagation de l'épidémie à l'Italie voisine, cette psychose autour des personnes asiatiques risque de continuer, voire de s'empirer. "Dans un bar où on est allé, toutes les serviettes en papier portaient une écriture au stylo: 'Attention un Chinois a touché cette serviette'", témoignait dimanche sur BFMTV un étudiant français en Italie, qui fait part d'une "angoisse permanente" et d'un racisme anti-asiatique prégnant.

Une précédente campagne contre le racisme anti-asiatique avait germé sur le réseau social Twitter fin janvier, avec le hashtag #Jenesuispasunvirus.

Salomé Vincendon