BFMTV

Combien le confinement a-t-il sauvé de vies? Découvrez les estimations des chercheurs, région par région

-

- - -

Une étude française estime que le nombre de morts aurait été six fois plus élevé sans la mise en place du confinement sur tout le territoire.

Le confinement aurait sauvé un peu plus de 60.000 vies dans l'Hexagone. C'est ce qu'affirment des chercheurs de l'École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP). Selon leur étude, 73.909 personnes seraient mortes du coronavirus au 19 avril sans la mise en place du confinement, six fois plus que le bilan réel au même moment - un peu plus de 12.000 décès à l'hôpital, sans compter les Ehpad.

Ces estimations ont été réalisées à partir de plusieurs critères: le taux de reproduction du virus, les capacités des hôpitaux dans chaque région, l'âge des populations locales... Outre les décès, ce modèle mathématique permet d'estimer d'autres bilans comme le nombre d'hospitalisations ou d'admissions en réanimation. 

Des hôpitaux submergés sans confinement

Ainsi, l'étude évalue que - sans la mise en place du confinement - 154.570 patients auraient dû être admis en réanimation. Ils étaient 10 fois moins en réalité: 14.250 personnes ont été placées en soins intensifs entre le 19 mars et le 19 avril.

La distanciation sociale a donc permis de désengorger les hôpitaux français, qui auraient été sinon totalement submergés par la pandémie. En tout, 669.470 patients auraient nécessité une hospitalisation si le confinement n'avait pas été mis en place, selon les estimations de cette étude. Cet afflux n'a pas été aussi conséquent: entre le 19 mars et 19 avril, 81.740 personnes ont été hospitalisées à cause du Covid-19.

L'infographie ci-dessous rassemble les prévisions des chercheurs pour la France métropolitaine. En gris, le bilan officiel du coronavirus au 19 avril. En rouge, le bilan estimé par les chercheurs en l'absence de confinement. Cliquez sur le graphique pour afficher les statistiques précises.

Quelles régions ont été les plus épargnées?

L'impact du confinement n'a cependant pas été le même dans toutes les régions françaises. Si certaines - comme le Grand Est ou l'Île-de-France - ont été malgré tout durement touchées, d'autres comme les Pays de la Loire et ou l'Auvergne-Rhône-Alpes ont évité une situation catastrophique. 

L'outil ci-dessous permet de consulter les estimations issues de l'étude pour chaque région de France métropolitaine. En gris, le bilan officiel du coronavirus au 19 avril. En rouge, le bilan estimé par les chercheurs en l'absence de confinement. Cliquez sur le graphique pour afficher les statistiques précises.

Pour les infographies de cet article, nous avons mis en avant les chiffres considérés comme les plus réalistes par les auteurs de l'étude. Ces derniers indiquent cependant que ces estimations sont approximatives et qu'une marge d'erreur importante existe.

Par exemple, l'étude affirme que, sans le confinement, 73.909 personnes seraient décédées du coronavirus au 19 avril. Même s'il s'agit selon eux du chiffre le plus réaliste, les auteurs préfèrent donner une fourchette plus large, entre 36.800 et 135.267 morts - soit 3 à 10 fois plus que le bilan réel. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'étude, disponible ici (en anglais).

Louis Tanca