BFMTV

Claude Bartolone, invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi à 8h35 sur RMC et BFMTV

Claude Bartolone est président de l'Assemblée nationale.

Claude Bartolone est président de l'Assemblée nationale. - -

Jean-Jacques Bourdin recevra Claude Bartolone ce vendredi à 8h35, sur RMC et BFMTV. Le président de l’Assemblée nationale se prononcera sur les chiffres du chômage, et sur sa critique à l’encontre des « bureaucrates » de la Commission européenne, faisant écho à celle de François Hollande.

Jean-Jacques Bourdin reçoit ce vendredi à 8h35 Claude Bartolone sur RMC et BFMTV.
Le président de l’Assemblée nationale devrait revenir sur les chiffres préoccupants du chômage, sortis jeudi, mais aussi sur sa sortie ainsi que celle de François Hollande à l’encontre de la Commission européenne. Le chef de l’Etat et Angela Merkel ont adopté jeudi une contribution commune pour le Conseil européen de juin, mais la critique du président français à l'adresse de Bruxelles brouille le message. Alors que la Commission incite la France à revoir sa copie, notamment sur le régime des retraites, François Hollande a vivement réagi par ces mots : « La Commission n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire. Elle a simplement à dire que la France doit rétablir ses comptes publics », ce qui a fait grincer des dents à Berlin. Claude Bartolone qui avait voté "non" au référendum de 2005 sur la Constitution européenne, a renchéri en fustigeant les « bureaucrates européens » et en ajoutant : « S'ils voulaient renforcer les populismes et le rejet de l'Europe, ils ont bien gagné leur indemnité », avant de juger que la prise de position de la Commission constituait ni plus ni moins une « négation du suffrage universel direct ».

« Il faut changer de ton »

Autre sujet qui a fait bondir Claude Bartolone jeudi et sur lequel il a attaqué Michel Sapin, les retards sur la mise en place des emplois d’avenir en Seine-Saint-Denis, département dont il est député. Le président de l’Assemblée nationale a défendu les collectivités locales en parlant en ces termes de l’entourage du ministre du Travail : « Il faut changer de ton, parce que ce genre d'attitude peut conduire au divorce ».
Claude Bartolone pourrait aussi développer sa fronde concernant les projets de loi sur la transparence en politique, débattus du 17 au 21 juin. Selon le locataire du perchoir de l’Assemblée, « la transparence absolue risque de nourrir la suspicion » et ce, alors que Le Canard Enchaîné dévoilait en avril que l’intéressé détiendrait une vaste demeure de 380 mètres carrés en Seine-Saint-Denis.

Claire Béziau, avec Jean-Jacques Bourdin