BFMTV

Cambrai : danger, Teknival miné !

Les élus locaux n'ont été prévenus du choix du site que 8 jours avant le début du Teknival.

Les élus locaux n'ont été prévenus du choix du site que 8 jours avant le début du Teknival. - -

Le Teknival se tiendra cette année à Cambrai, sur le site d’une ancienne base militaire truffée d’explosifs. Les organisateurs dénoncent la précipitation du ministère de l’Intérieur qui a sélectionné le site mais leur interdit maintenant de planter quoi que ce soit dans le sol.

Ce sera un Teknival à haut risque, cette année, à Cambrai dans le Nord. Entre 20 000 et 40 000 fêtards sont attendus à partir de ce vendredi après-midi et tout le week-end pour la 20e édition de ce festival de musique techno en plein air. Mais la décision du ministère de l’Intérieur il y a une semaine d’organiser l’évènement dans le Nord suscite la polémique, à cause du lieu sélectionné : l’ancienne base aérienne 103 de Cambrai-Epinoy, fermée depuis 2008. Le site, truffé de munitions datant des deux guerres mondiales, pourrait se révéler dangereux.

Interdiction de planter des piquets

Les participants ont donc reçu l'interdiction de planter des piquets et creuser des trous, pour ne pas risquer de faire sauter des bombes encore présentes dans le sol, et élus locaux et organisateurs l'ont appris il y a seulement deux jours. Une véritable aberration pour ceux qui prévoient d’accueillir campeurs et matériel de son. Jérome et Phil, deux des artistes, ont déjà creusé leurs trous pour installer leur matériel. « On va laisser les piquets comme ça, on pique à un mètre. Pour maintenir une structure de diffusion sonore, un chapiteau, vous faites comment, si ce n’est avec des piquets ? », s’interrogent-ils.

« Etonnant et irresponsable »

Samuel Raymond, l’un des organisateurs du Teknival, n’en revient toujours pas. « Soit c’est dangereux, et on n’a rien à faire là, soit ce n’est pas dangereux et on peut y être et travailler correctement. Le contact avec le ministère de l’Intérieur, il existe depuis des années, ça fait 20 ans qu’on fait le Teknival. On nous dit "allez y là-bas, si ça pète, ça devrait aller". On trouve ça étonnant et irresponsable ».

Mathias Chaillot avec Lionel Top