BFMTV

Brétigny: "Je témoignerai encore pour que ça n'arrive plus jamais"

-

- - -

Alors que les premières conclusions sur la catastrophe de Brétigny viennent d'être publiées, Jean-Robert se souvient de ce jour terrible, sur RMC.

Six mois après l'accident de train à Brétigny-sur-Orge qui a fait sept victimes, le ministère des Transports a présenté ce vendredi les premières conclusions de l'enquête technique : celle-ci met en cause la qualité des surveillances visuelles et le boulonnage.

Jean-Robert Baroux est l'un des rescapés de l'accident. Il était à l'avant du dernier wagon le 12 juillet 2013. Il souffre depuis de stress post-traumatique et n'a jamais repris le train depuis. "Je crois que j'ai vécu le pire moment de ma vie", témoigne-t-il sur RMC. "Je ne pensais pas m'en sortir indemne".

"Après ce déraillement qui a duré pendant une bonne vingtaine de secondes où tout vole et tout reste en suspension, on entend un grand silence et quand je suis sorti de ce wagon, je me suis retrouvé devant un champ apocalyptique", se rappelle-t-il.

"Un choc épouvantable"

"En sortant j'ai vu deux corps inanimés sous un wagon, ces deux personnes étaient décédées, enchevêtrées dans de la ferraille et de la tôle. Pour moi, ça a été un choc épouvantable. C'est pour ça que je témoigne encore. Et je témoignerai encore pour que cela n'arrive plus jamais".

Jean-Robert Baroux attend désormais "un éclaircissement total"; "je veux que dans ce rapport d'étape soit clairement spécifié qui est responsable et que ça n'arrive plus jamais", réclame-t-il.

Le rapport, publié ce vendredi, réalisé par le bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT), sera transmis à la justice. Il détaillera très précisément les causes et les circonstances de l'accident, et devrait également contenir des recommandations sur l'entretien des voies.

La rédaction