BFMTV

Boulogne-sur-Mer: le maire craint le "dépôt de bilan" pour Nausicaá

Nausicaá

Nausicaá - Ludovic Marin - AFP

Le Centre National de la Mer n'a pas accueilli de visiteurs depuis le 14 mars. Mais l'établissement refuse pour le moment d'envisager des licenciements.

Victime de la crise sanitaire et privé de visiteurs depuis le 14 mars, l'aquarium Nausicaá est dans une situation critique, selon le maire de Boulogne-sur-Mer. Auprès de plusieurs médias régionaux, Frédéric Cuvillier n'a pas hésité à parler d'un possible "dépôt de bilan" pour le Centre National de la Mer si des recettes ne rentrent pas rapidement dans les caisses de l'établissement.

Également en cause, en plus de la fermeture depuis deux mois et demi, de récents lourds investissements pour son extension faits par Nausicaà, qui ont creusé son déficit. Les travaux ont en effet coûté 85 millions d'euros

"Nous sommes à un déficit qui entame très largement le capital social. Il va nous falloir nous trouver des solutions de financement: ça va des emprunts annoncés par l’état à l’augmentation de capital si des partenaires publics ou privés le souhaitent", explique le maire de Boulogne-sur-Mer à France 3 Hauts-de-France.

Vers une ouverture ce jeudi

Le Centre National de la Mer, qui a obtenu l'autorisation de rouvrir auprès de la préfecture, pourrait de nouveau accueillir des visiteurs dès ce jeudi. "On en est à essayer d’ouvrir au plus tôt pour arrêter de perdre de l’argent", explique à France 3 le directeur de Nausicaá Philippe Vallette.

"Toute journée gagnée est une chance supplémentaire donnée à Nausicaá", confirme quant à lui Frédéric Cuvillier. Pour permettre l'équilibre financier du plus grand aquarium de France, une moyenne de 2700 visiteurs par jour est en effet nécessaire.

Malgré cette situation financière compliquée, aucun licenciement de personnel n'est pour l'instant prévu.

Juliette Mitoyen