BFMTV

Blocages des lycées contre le nouveau bac: des proviseurs dénoncent des actions violentes

BFMTV

Une soixantaine d'épreuves du nouveau bac ont été perturbées lundi.

Une cinquantaine de proviseurs parisiens signent ce mardi une tribune dans les colonnes du Monde, alors que des incidents se multiplient depuis une semaine dans les lycées, en marge des épreuves de contrôle continu du bac. Les chefs d'établissements, qui sont en première ligne pour faire face aux blocages parfois violents, souhaitent alerter sur la situation. 

"Ces actions sont illégales, il faut le rappeler avec force, elles ont de graves conséquences. Ces perturbations quotidiennes entravent le travail et épuisent toute la communauté scolaire", peut-on lire dans la tribune.

"Difficilement compréhensible"

"Il y a des adultes extérieurs qui nous insultent. Cette violence est inquiétante et difficilement compréhensible", déplore sur BFMTV la proviseure du lycée Hélène Boucher à Paris, où un incendie s'est déclaré près de l'établissement en marge d'un blocage, le 24 janvier. 

Les syndicats des proviseurs dénoncent également cette situation.

"Les collègues, qui anticipent le fait qu'ils vont se faire insulter, prendre des oeufs, des bouteilles, ont la peur au ventre", souligne Nicolas Bray, président du syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale, interrogé par BFMTV.

Selon le ministère de l'Education nationale, 435 lycées organisaient ce lundi les épreuves du nouveau bac. Une soixantaine ont été perturbées, ce qui a entraîné le report des épreuves dans 16 établissements.

Alexandra Jaegy