BFMTV

Attentats de Paris: Jawad Bendaoud tente d'incendier sa cellule

-

- - Capture - BFMTV

Soupçonné d'avoir logé des terroristes du 13-novembre, "Jawad Bendaoud" a essayé de mettre le feu à sa cellule. Il a été placé à l'isolement.

Jawad Bendaoud refait parler de lui. Dix mois après les attentats qui ont coûté la vie à 130 personnes à Saint-Denis et Paris, l'homme, surnommé le "logeur de Daesh", a donné du fil à retordre à ses gardiens de la prison de Villepinte.

Un départ de feu 

Selon nos confrères LCI, le soir du 16 septembre, Jawad Bendaoud a tenté d'incendier sa cellule à l'aide d'un briquet et d'une pile de vêtements auxquels il a mis le feu. Soupçonné d'avoir prêté son logement de la rue Corbillon, à Saint-Denis, à des membres du commando du 13-novembre, Jawad Bendaoud protestait contre ses conditions de détention. Il réclamait notamment d'être placé dans une autre aile de la prison.

Alertés, les gardiens sont rapidement intervenus pour éteindre le début d'incendie, et transférer Bendaoud dans une autre cellule, que le prisonnier a immédiatement essayé de saccager. Selon ses gardiens, sitôt installé dans une cellule "neuve", le suspect aurait arraché le cadre de la fenêtre et tenté de briser la vitre.

Placé à l'isolement

Sans hésiter, l'administration pénitentiaire décide alors de placer Bendaoud à l'isolement, dans une cellule anti-suicide. Jawad Bendaoud, qui a toujours clamé son innocence depuis son arrestation, est suspecté d'avoir prêté son appartement à Abdelhamid Abaaoud et son complice Chakib Akrouh, juste après les attaques meurtrières de Saint-Denis et Paris.

C'est dans cet appartement de la rue Corbillon qu'Abdelhamid Abaaoud et deux de ses complices avaient été tués par le Raid, cinq jours après les attentats. Une attaque au cours de laquelle l'appartement avait été entièrement ravagé par les échanges de tirs.

P.A.