BFMTV

Assurances auto : payez moins sans conduire la nuit

-

- - -

Un nouveau type d’assurance auto arrive sur le marché, qui coûte nettement moins cher mais dont le tarif augmente la nuit et à partir d’un certain kilométrage.

Plusieurs sociétés d'assurance (la Maaf et le courtier Solly Azar notamment) s'apprêtent à lancer de nouvelles assurances autos destinées aux jeunes conducteurs de 18 à 25 ans, dès le 2 juin pour Solly Azar. Le concept, qui vient des Etats-Unis et d'Angleterre, s'appelle « Pay as you drive » (payez selon votre conduite). L'assureur fixe la prime en fonction de la conduite de l'assuré.

En France, un jeun conducteur paye en moyenne 1 200 euros pas an pour son assurance auto. Solly Azar propose d'économiser jusqu à 40% de cette somme. Pour cela, il met sur le marché dès la semaine prochaine un forfait avec lequel vous pouvez parcourir 1 000 km par mois. Au-delà, c'est 30 centimes d'euros en plus par kilomètres. Il vous incite également à ne pas rouler entre minuit et 6 heures du matin, horaire où les accidents impliquant des jeunes conducteurs sont nombreux. A minuit passé d' une minute, c'est 20 euros qui s'ajoute à votre forfait.

Pierre-Olivier Savreux, journaliste au magazine Auto Plus, explique que l'assureur va contrôler « la façon dont se comporte son assuré, savoir s'il roule a des heures où il y a plus d'accidents. On sait très bien que la tranche 2h-4h du matin est plus accidentogène, donc l'assureur va matraquer un peu plus fort sur le tarif. On va se retrouver à payer son assurance en fonction des kilomètres parcourus et des types de kilomètres : des kilomètres dangereux comme la nuit sur nationale ou sur autoroute plus tranquilles en pleine journée ».

Suivi à la trace par l'assureur ?

La question est donc de savoir comment, techniquement, l'assureur peut vérifier que l'on respecte bien les règles du forfait. Et bien tout simplement en installant dans le véhicule et aux frais du conducteur un boîtier GPS . Se pose alors la question de la protection des données et du « flicage ». Il y a quelques mois, la Comission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) avait émis des réserves sur ce type de forfait incluant un système de surveillance par GPS des conducteurs. Sylvie Langlois, directrice générale opérationnelle du courtier en assurances Solly Azar, justifie l'activité de son entreprise : « A aucun moment nous ne stockons de géolocalisation, c'est-à-dire la capacité de savoir où se trouve l'assuré. Effectivement, sur certains systèmes de GPS, vous pouvez enregistrer des informations ayant trait à la vitesse mais à aucun moment il n'est question pour l'assureur de se substituer aux forces de l'ordre et donc de sanctionner un assuré qui roulerait à une vitesse excessive ».

La rédaction et Christophe Bordet