BFMTV

Assurance vie : pensez à réclamer votre argent

-

- - -

5 milliards d'euros dormiraient dans les caisses des compagnies d'assurances vie depuis des années. Un magot amassé grâce à des contrats jamais réclamés par leurs bénéficiaires.

Les sociétés d'assurances vie auraient amassé 5 milliards d'euros depuis des années, grâce à des contrats qui ne sont pas réclamées par leurs bénéficiaires au décès du souscripteur. Une somme colossale, sur laquelle le député UMP Philippe Houillon a demandé une enquête parlementaire.

« Peu de zèle pour retrouver les bénéficiaires »

Hervé Maurey, sénateur Nouveau Centre, qui travaille à une proposition de loi destinée à renforcer les obligations et les contrôles sur les compagnies d'assurance, explique : « Lorsque vous souscrivez un contrat d'assurance vie, vous désignez un bénéficiaire - le bénéficiaire n'en est d'ailleurs pas toujours informé - et lorsque le souscripteur décède, parfois les compagnies gardent la somme non réclamée, dans leur caisse. A la décharge des sociétés d'assurance : elles ne sont pas toujours informées du décès des bénéficiaires et elles peuvent aussi avoir du mal à trouver le bénéficiaire. Et de surcroît, elles ne mettent pas toujours un très grand zèle à le faire, parce qu'il est vrai que c'est confortable de garder pour soi des sommes non réclamées. »

Une nouvelle loi pour encadrer les assureurs ?

Pour remédier à cela, plusieurs lois ont déjà été votées. La dernière, qui date de 2007, permet, si l'on ne trouve pas le bénéficiaire, de transférer cet argent sur un fond pour les retraites. Une loi « insuffisante » selon Hervé Maurey : « Le gouvernement devait rendre un rapport au parlement pour le 1er janvier 2009 et on a jamais rien vu venir. Aujourd'hui, on nous promet ce rapport pour le mois de juin, mais le problème reste entier. On souhaite que ces sommes aillent à leurs destinataires, à la fois pour des questions de justice et d'équité, et aussi pour des questions économiques. Parce que 5 milliards qui dorment dans les coffres, seraient mieux, réinjectés dans l'économie, surtout ces temps-ci. »

De son côté, la Fédération française des sociétés d'assurances affirme que le montant du pactole atteint à peine 1 milliard d'euros, une somme qui n'aurait pas augmenté depuis la fin des années 1990. A suivre...

La rédaction-Bourdin & Co