BFMTV

Après la mort de son bébé, une femme dénonce le manque de moyens à l'hôpital

Photo d'illustration

Photo d'illustration - AFP

La publication Facebook dans laquelle Floriane pousse un cri de colère est devenue virale et a été partagée plus de 91.000 fois.

Près de trois mois après la mort de sa petite fille âgée de trois semaines, une femme a publié un long message sur Facebook pour dénoncer le manque de moyens à l'hôpital, comme le rapporte Le Parisien ce samedi.

Constance, c'est le prénom du nourrisson, est née le 1er août 2018 à Paris et est morte le 25 août suivant, atteinte d'une cardiopathie, une maladie du cœur. À cause de deux maladies nosocomiales contractées, l'opération qui devait avoir lieu la semaine suivant la naissance de la petite fille a été repoussée, à plusieurs reprises.

Floriane, la mère du bébé, s'est confiée au Parisien:

"Ce ne fut qu'une succession d'opérations programmées puis annulées. Chaque jour on nous disait demain, demain, demain. Mais chaque jour, c'était annulé car la moitié des blocs opératoires étaient fermés à cause de l'été et du manque de personnel."

Une opération tardive

La petite fille a fini par être opérée le 25 août, mais a succombé quelques heures après l'intervention. "Si Constance avait été opérée plus tôt, elle aurait été plus en état de se battre et l'histoire aurait été, peut-être, différente", ajoute Floriane.

Aujourd'hui, la jeune femme raconte son histoire pour tenter de faire changer les choses, évoquant les conditions de travail dégradées dans lesquels travaillent les personnels soignants.

"Nous avons passé vingt-cinq jours dans ce service de pédiatrie et ce que nous avons vu nous a laissés sans voix: des infirmières dévouées mais en nombre insuffisant, des défibrillateurs qui ne fonctionnent pas, des blocs fermés", égrène Floriane auprès du quotidien, voulant par son message "faire prendre conscience".
Clarisse Martin