BFMTV

Alain Finkielkraut: "Nos sociétés européennes sont confrontées à un choc des cultures"

Alain Finkielkraut sur le plateau de BFMTV-RMC, mercredi 21 octobre 2015.

Alain Finkielkraut sur le plateau de BFMTV-RMC, mercredi 21 octobre 2015. - BFMTV

"Toujours homme de gauche, je ne sais pas. Je m'interroge sur la pertinence de cette opposition pour penser le monde où nous vivons. La tendance de la gauche, c'est de ramener tous les problèmes à la question sociale, (...) à l'affrontement des dominants et des dominés", a expliqué le philosophe Alain Finkielkraut mercredi matin sur BFMTV-RMC.

"Or aujourd'hui, nos sociétés européennes sont confrontées à un choc des cultures, a-t-il poursuivi, évoquant le fameux Choc des civilisations théorisé par Samuel Huntington. Or, toute une partie de la gauche refuse de voir ce choc des cultures. Tout une partie de la gauche refuse de voir cette réalité. Dès lors qu’elle s’aveugle, je ne peux pas me reconnaître dans son comportement."

Mais, "non, je ne peux pas être un homme de droite", a-t-il conclu, renvoyant au passage droite et gauche dos-à-dos au sujet de l'école républicaine, malmenée selon lui par trop de réformes.

Quant à la tentation FN, elle n'existe pas, assure Alain Finkielkraut. "Je ne pourrai jamais voter pour le Front national, c'est un parti que je trouve irresponsable et dangereux", a-t-il affirmé.

S. C.